L'UNESCO rassemble les peuples autour de traditions transnationales comme le couscous, l'une des 32 nouvelles inscriptions sur ses Listes du patrimoine immatériel

  • 17 décembre 2020
[alt]
Children are parading with holding buddha-shaped lanterns
© The Cultural Heritage Administration and the Yeondeunghoe Safeguarding Association, Republic of Korea, 2018

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a inscrit trois éléments sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente et 29 éléments sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, lors de la session de cette année, ouverte le 14 décembre et qui se tient en ligne jusqu’au 19.

Les membres du Comité, présidé par Olivia Grange, ministre de la Culture, du Genre, du Divertissement et du Sport de la Jamaïque, ont également ajouté trois programmes au registre des bonnes pratiques de sauvegarde. Ils ont alloué 99 239 dollars du Fonds du patrimoine culturel immatériel à un projet de sauvegarde des sons, connaissances et compétences musicales ancestrales d’Aixan/Gana/Ob#ANS TSI //Khasigu en Namibie.

Pour la première fois cette année, la Finlande, Malte, le Paraguay et Singapour ont inscrit des éléments sur les listes du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, qui comprennent désormais des éléments provenant de 131 États au total.

Cette année a vu le plus grand nombre de candidatures associant plusieurs pays, avec 14 inscriptions, ce qui témoigne de la capacité du patrimoine culturel immatériel à rassembler les peuples et à promouvoir la coopération internationale.

Nouvelles inscriptions à la Liste de sauvegarde urgente du Patrimoine culturel immatériel

Colombie: Les connaissances et techniques traditionnelles associées au vernis de Pasto mopa-mopa de Putumayo et Nariño Les connaissances et techniques traditionnelles associées au vernis de Pasto mopa-mopa de Putumayo et Nariño englobent trois activités traditionnelles : récolte, travail du bois et vernissage décoratif. La récolte nécessite des connaissances sur les pistes forestières, grimper dans des arbres et récolter délicatement sans abîmer la plante. La pratique est une source d’identité et un moyen pour les communautés concernées de se mettre à leur compte. Elle est cependant actuellement menacée par plusieurs facteurs, notamment le développement et la mondialisation ainsi que l’accès difficile aux sites de récolte et la précarité des conditions de travail dans les ateliers à domicile.

Égypte: Le tissage à la main en Haute-Égypte (Sa’eed)
La tradition artisanale du tissage à la main en Haute-Égypte (Sa’eed) est un processus complexe qui requiert un savoir-faire élaboré. De nombreuses étapes et techniques sont nécessaires entre la fabrication du métier et l’obtention du produit fini, en passant par l’enfilage et le tissage. Les grands principes du passé sont encore utilisés aujourd’hui mais les usines de tissage qui utilisaient du fil de soie coûteux l’ont progressivement remplacé par le coton et les petits métiers à tisser étroits ont cédé la place à des modèles plus larges. Bien qu’elle soit une source d’identité et de fierté pour les communautés concernées, la pratique doit faire face à plusieurs menaces, ce qui a conduit à une négligence de la pratique et une transmission différente de celle du passé.

Namibie: Les connaissances et les savoir-faire musicaux ancestraux d’Aixan /gâna/ob #ans tsî //khasigu
Les connaissances et savoir-faire musicaux ancestraux d’Aixan /gâna/ob #ans tsî //khasigu, se rapportent à une musique traditionnelle propre aux Namas. Celle-ci est interprétée à l’aide d’instruments traditionnels et se caractérise par un son, une texture et un rythme spécifiques qui consistent en une mélodie principale et un rythme accompagné par des harmonies. La musique est associée à des danses communément appelées « Nama-stap ». Autrefois, la musique établissait un lien entre les communautés et les villages mais elle doit maintenant faire face à plusieurs menaces et seuls quelques anciens maîtrisent la tradition et possèdent encore les connaissances et les savoir-faire nécessaires.

La Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente recense les éléments du patrimoine vivant dont la pérennité est menacée. Elle permet de mobiliser la coopération et l’assistance internationales nécessaires pour renforcer la transmission de ces pratiques culturelles en accord avec les communautés concernées. Elle compte désormais 67 éléments.

Éléments ajoutés à la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Algérie, Mauritanie, Maroc, Tunisie: Les savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous
Les savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous regroupent le mode de production, les conditions et outils nécessaires à la fabrication, les artefacts associés et les circonstances de la consommation du couscous au sein des communautés concernées. La préparation du couscous est un processus cérémoniel impliquant différentes opérations, associé à un ensemble d’outils exclusifs. Accompagné d’adjuvants végétaux divers et de différentes viandes en fonction du territoire, de la saison et des circonstances, le couscous est un mets qui compte un répertoire de symboliques, de significations, de dimensions sociales et culturelles toutes liées à la solidarité, à la convivialité, au partage et au vivre-ensemble.

Arabie saoudite, Koweït: Le tissage traditionnel Al Sadu
Le tissage traditionnel Al Sadu est un textile tissé fabriqué par les Bédouines : en arabe, le mot « Al Sadu » désigne le tissage effectué dans le sens horizontal. Il s’agit d’un tissage uni à effet chaîne réalisé sur un métier placé à même le sol en utilisant des fibres naturelles. L’étoffe ainsi obtenue est un textile serré, solide et durable avec des motifs reflétant l’environnement désertique. Les principales détentrices du tissage Al Sadu sont les maîtresses-tisserandes, des Bédouines plus âgées qui jouent un rôle essentiel dans la transmission des savoir-faire. De nos jours, le tissage Al Sadu désigne moins l’objet fonctionnel que l’objet vecteur d’une tradition et d’une culture profondément enracinée.

Argentine: Le chamamé
Le chamamé est une forme d’expression culturelle principalement pratiquée dans la province de Corrientes. Ses principaux composants intègrent un type de danse en « abrazo fermé », des manifestations sociales et le sapukay, un cri caractéristique accompagné d’un mouvement du corps destiné à exprimer des émotions. Les chants tirent leurs origines des prières chantées. Originellement en langue autochtone guaraní, le chamamé est maintenant transmis dans un dialecte qui mêle l’espagnol et le guaraní. La musique et la danse du chamamé sont des éléments communs que l’on retrouve lors des rassemblements pour les communautés et les familles, des célébrations religieuses et autres événements festifs.

Azerbaïdjan, Iran (République islamique d’), Turquie, Ouzbékistan: L’art de la miniature
La miniature est un type d’art qui renvoie à la conception et la création de peintures de petite taille sur des livres, des tapis, des textiles, des murs et céramiques et autres supports au moyen de matières premières telles que l’or, l’argent et diverses substances organiques. Historiquement, la miniature se définissait comme une illustration insérée sur une page mais l’élément a évolué et on le retrouve également dans l’architecture et en embellissement des espaces publics. Il s’agit d’un art traditionnel transmis par un mentor à son apprenti et est une partie intégrante de chacune des identités sociales et culturelles de la société.

Azerbaïdjan: Le Nar Bayrami, fête traditionnelle de la grenade et sa culture
Le Nar Bayrami est un festival qui se déroule chaque année en octobre-novembre dans la région de Goychay en Azerbaïdjan et qui célèbre la grenade ainsi que ses usages traditionnels centenaires et sa symbolique. La culture de la grenade est un ensemble de pratiques, de connaissances, de traditions et de savoir-faire liés à la production du fruit qui n’est pas employé uniquement dans des contextes culinaires mais qui est également présent dans l’artisanat, les arts décoratifs, les mythes, les récits et autres pratiques créatives. Le festival met en avant la nature et la culture locales en soulignant l’importance pratique et symbolique de la grenade.

Bosnie-Herzégovine: La tradition du concours de fauchage d’herbe à Kupres
Le concours annuel de fauchage qui se déroule en juillet dans un pré particulier appelé Strljanica est la manifestation sociale la plus importante au sein de la municipalité de Kupres. Ce concours implique le fauchage manuel de l’herbe à l’aide d’une faux et son évaluation en termes de temps, d’effort et de quantité car à cette altitude (1.200 m) le fauchage nécessite de la force et une technique particulière. Les hommes participent au concours dès l’âge de dix-huit ans et l’élément se transmet de père en fils au sein des familles.

Chine: Le Taijiquan.
Le taijiquan est une pratique physique traditionnelle caractérisée par des mouvements détendus et circulaires associés à un contrôle de la respiration et à l’entretien d’un esprit neutre et droit. Né au milieu du dix-septième siècle dans la province du Henan au centre de la Chine, l’élément est aujourd’hui pratiqué dans l’ensemble du pays par un large éventail de personnes. Sous l’influence des pensées taoïste et confucéenne et de la médecine chinoise traditionnelle, la pratique s’est scindée en différentes écoles (ou styles) prenant le nom d’un clan ou d’un maître.

Chine, Malaisie: La cérémonie Ong Chun/Wangchuan/Wangkang, les rituels et les pratiques associées pour entretenir le lien durable entre l’homme et l’océan
La cérémonie Ong Chun et les pratiques associées sont ancrées dans les coutumes populaires liées à la vénération d’Ong Yah, une divinité qui protégerait la population et les terres contre les catastrophes. Elles se concentrent dans les communautés côtières des régions de Minnan en Chine et Malacca en Malaisie. La cérémonie comprend l’accueil de Ong Yah dans les temples ou les maisons de clans pour délivrer de la tourmente les « bons frères » (des gens perdus en mer) et honorer le lien entre l’homme et l’océan. Les prestations artistiques qui composent la procession incluent différents types de danse.

Corée (République de): Le Yeondeunghoe, fête des lanternes en République de Corée
Le Yeondeunghoe, fête des lanternes, est célébré dans toute la République de Corée. À l’approche du huitième jour du quatrième mois lunaire - qui correspond à l’anniversaire de Bouddha -, des lanternes colorées sont accrochées dans les rues et les habitants, munis de lanternes fabriquées à la main, se rassemblent pour participer à un défilé. Chaque année, le début des festivités est marqué par un rituel consistant à verser de l’eau sur une représentation de Bouddha enfant. Vient ensuite une procession publique après laquelle les participants se réunissent pour prendre part à des activités récréatives et des jeux collectifs. Le festival a un rôle clé dans l’intégration des citoyens et est un moment de joie où les frontières sociales sont temporairement effacées.

Émirats arabes unis: Al aflaj, système traditionnel d’irrigation aux EAU, traditions orales, connaissances et savoir-faire liés à sa construction, à son entretien et à la distribution équitable de l’eau
Les al aflaj et les traditions orales, connaissances et savoir-faire liés à leur construction, à leur entretien et à la distribution équitable de l’eau repose sur un système d’irrigation conduisant l’eau sur de longues distances, depuis une source souterraine jusqu’à un bassin. L’eau suit une pente progressive, tandis que les tunnels souterrains limitent l’évaporation. Les al aflaj se composent également d’un réseau de canaux superficiels servant à distribuer l’eau aux exploitations agricoles locales. Pendant des siècles, les al aflaj ont fourni de l’eau potable et ont irrigué les terres agricoles. Ils reflètent l’esprit créatif dont la communauté fait preuve pour faire face au manque d’eau et au milieu désertique.

Émirats arabes unis; Oman : La course de dromadaires, pratique sociale et patrimoine festif associés aux dromadaires
La course de dromadaires, pratique sociale et patrimoine festif associés aux dromadaires, est une pratique sociale populaire dans les communautés concernées. Les dromadaires sont sélectionnés en fonction de leur type, origine et âge, reçoivent un régime alimentaire spécial et sont formés pour participer aux courses. Les courses de dromadaires se déroulent sur des terrains prévus à cet effet et il y a généralement entre quinze et vingt dromadaires en lice. La transmission des connaissances et des savoir-faire se fait par l’observation, la simulation et les expressions orales. L’importance des courses dans la société bédouine est liée au rôle prépondérant des dromadaires dans les zones désertiques.

Espagne: Les chevaux du vin
La fête de Los Caballos del Vino est un rituel équestre qui a lieu chaque année du 1er au 3 mai à Caravaca de la Cruz, dans la province de Murcie, et comprend une série de manifestations. Tout d’abord, les chevaux sont parés de capes richement brodées et plusieurs défilés ont lieu où on peut les admirer. Le moment le plus attendu est une course contre la montre le long de la côte qui mène au château où des prix sont donnés pour récompenser les participants à la course ainsi que les parures des chevaux. La viticulture et l’élevage équin sont deux activités indissociables de l’économie, de l’histoire et de la culture de la région et la fête met en avant des valeurs telles que la camaraderie et la relation entre les humains et les chevaux.

Finlande: La culture du sauna
La culture du sauna est indissociable de la vie de la majorité des Finlandais. Traditionnellement, le sauna était considéré comme un lieu sacré, un « temple de la nature ». En plus d’être un lieu où se laver le corps, le sauna nettoie également l’âme et permet d’expérimenter une sensation de paix intérieure. Les formes et approches de la culture du sauna varient, sans hiérarchie particulière. Les traditions sont transmises par la famille et peuvent être pratiquées en privé dans les maisons ou dans les lieux publics.

France, Belgique, Luxembourg, Italie: L’art musical des sonneurs de trompe
L’art musical des sonneurs de trompe, une technique instrumentale liée au chant, à la maîtrise du souffle, au vibrato, à la résonance des lieux et à la convivialité rassemble les techniques et compétences qu’un sonneur mobilise pour jouer de la trompe. La sonnerie de trompe est un art performatif, ouvert à la créativité musicale et pratiqué lors des moments festifs. Les sonneurs proviennent de tous les milieux socio-culturels et cette grande mixité sociale est l’un des marqueurs de la pratique actuelle de la trompe. La musique de trompe maintient un vaste répertoire musical vivant et dynamique qui n’a jamais cessé de s’enrichir depuis le 17e siècle; un fort sentiment d’appartenance et de continuité découle de l’interprétation de ce répertoire commun.

Indonésie, Malaisie: Pantun
Le pantun est une forme de vers malais en rimes. C’est la forme d’expression orale la plus répandue en Asie du Sud-Est maritime. Beaucoup de compositions expriment l’amour pour son/sa partenaire, sa famille, la communauté ou la nature. Le pantun représente un moyen plus acceptable socialement de s’exprimer de manière indirecte et peut également être un guide moral car ses vers comprennent souvent des valeurs religieuses et culturelles. Les vers peuvent être déclamés en chansons ou à l’écrit à l’occasion de mariages, de rites coutumiers et de cérémonies officielles.

Iran (République islamique d’), Arménie: Le pèlerinage au monastère de l’apôtre Saint Thaddée
Le pèlerinage de trois jours au monastère de l’apôtre Saint Thaddée, au nord-ouest de l’Iran vénère deux grands saints : Saint Thadée, un apôtre du Christ, et Sainte Santukhd, la première femme martyre de la chrétienté. Ce pèlerinage est le principal événement socioculturel pour les Arméniens d’origine iranienne et les fidèles de l’Église apostolique arménienne. La cérémonie de commémoration comprend des liturgies spéciales, des processions, des prières et des jeûnes. Le point d’orgue est la Sainte Messe. Des temps sont réservés à des représentations de groupes traditionnels arméniens et à la dégustation de plats de la gastronomie arménienne.

Italie, France: L’art de la perle de verre
L’art de la perle de verre est lié à la richesse des connaissances et à la maîtrise d’une matière, le verre, et d’un élément, le feu ; il englobe des procédés et des outils traditionnels particuliers. Différents types de perles sont produits, tels que les perles a lume (lueur) et da canna en Italie, ou les perles creuses élaborées soit sur un mandrin soit en soufflant dans une canne creuse en France. Les cadeaux faits de perles de verre marquent certains événements et certaines occasions sociales. Vecteur de promotion de la cohésion sociale, la pratique valorise également la dextérité manuelle et l’artisanat.

Japon: Les savoir-faire, les techniques et les connaissances traditionnels liés à la conservation et à la transmission de l’architecture en bois au Japon
Les savoir-faire, les techniques et les connaissances traditionnels liés à la conservation et à la transmission de l’architecture en bois au Japon consiste en un ensemble de savoir-faire, techniques et connaissances traditionnels. On peut citer notamment l’enduit sakan, la récolte d’écorce de cyprès japonais, la peinture à la laque et la production de tatamis. Le bois est utilisé dans les maisons depuis plusieurs siècles, les maîtres-artisans formant leurs apprentis pour leur succéder. Aujourd’hui, les connaissances et savoir-faire traditionnels sont principalement transmis par des associations de préservation. La restauration des structures en bois traditionnelles requiert de la coopération et favorise la cohésion sociale tout en renforçant l’identité culturelle des communautés.

Kazakhstan, Kirghizistan, Turquie: Le jeu traditionnel d’intelligence et de stratégie: Togyzqumalaq, Toguz Korgool, Mangala/Göçürme
Le jeu d’intelligence et de stratégie appelé Togyzqumalaq, Toguz Korgool ou Mangala/Göçürme est un jeu traditionnel qui peut se jouer sur des plateaux spéciaux ou improvisés, par exemple en creusant des trous dans le sol. Il existe plusieurs variantes et ce jeu peut être joué avec des pions en pierre, en bois, des noix, ou graines, répartis dans les trous. Le gagnant est le joueur qui parvient à rassembler le plus de pions. La pratique est également liée à d’autres activités artisanales traditionnelles, comme la sculpture sur bois ou sur pierre et la fabrication de bijoux. Le jeu améliore les compétences cognitives, motrices et sociales des joueurs et est transmis de manière informelle, mais aussi par le biais de l’éducation formelle.

Malawi, Zimbabwe: L’art de fabriquer et de jouer la mbira/sanza, lamellophone traditionnel au Malawi et au Zimbabwe
L’art de fabriquer et de jouer la mbira/sanza, lamellophone traditionnel au Malawi et au Zimbabwe, joue un rôle clé dans les communautés concernées. La mbira/sanza est un instrument constitué d’une planche en bois sur laquelle sont fixées des lames métalliques. Elle est parfois montée sur une calebasse/caisse de résonance en bois. La mbira/sanza émet un son fluide et percutant jugé mystique, paisible et enchanteur et la musique se caractérise par sa nature cyclique. Les chants véhiculent d’importants messages condamnant les comportements négatifs et la mbira/sanza agit comme une « arme » pour condamner la violence et d’autres problèmes sociaux.

Malte: Le ftira, art culinaire et culture du pain plat au levain à Malte
Le ftira, art culinaire et culture du pain plat au levain à Malte, fait partie intégrante du patrimoine culturel de l’archipel maltais. Le ftira est un pain à la croûte épaisse et à la texture intérieure légère, caractérisée par une mie aérée. Le pain coupé en deux est garni d’ingrédients méditerranéens comme l’huile d’olive, la tomate, les câpres et les olives, et des variantes saisonnières peuvent être ajoutées. La consommation de ftira, comme en-cas ou en entrée, favorise le sentiment d’identité commune à Malte. Les boulangers compétents doivent façonner le ftira à la main. Dans les boulangeries, les apprentis apprennent par l’observation et la pratique et plusieurs programmes de formation existent.

Paraguay: Les pratiques et connaissances traditionnelles liées au terere, boisson guaraní ancestrale au Paraguay, dans la culture du pohã ñana Le terere est une boisson traditionnelle préparée dans un pichet ou un thermos dans lequel l’eau froide est mélangée avec des herbes médicinales de pohã ñana préalablement pilées dans un mortier. Il est servi dans un verre rempli de yerba mate et siroté à l’aide d’une bombilla. La préparation du terere se déroule selon un rituel intime régi par une série de codes implicites préétablis et chaque herbe de pohã ñana a des bienfaits sur la santé, connus grâce à la sagesse populaire transmise de génération en génération. La pratique favorise la cohésion sociale et aide à la sensibilisation du riche patrimoine culturel et botanique d’origine guaraní.

Pologne, Bélarus: La culture apicole dans les arbres
La culture apicole dans les arbres englobe des connaissances, savoir-faire, rituels, et croyances en lien avec l’élevage d’abeilles sauvages dans des ruches installées dans les troncs d’arbre en hauteur ou au sol dans des zones forestières. Les apiculteurs élèvent les abeilles de façon particulière : ils s’efforcent de minimiser les nuisances sur leur cycle biologique naturel. L’élément est associé à de nombreuses pratiques sociales et diverses traditions culinaires et médicinales. Sa transmission s’effectue principalement au sein des familles d’apiculteurs et des confréries et la pratique éveille un sentiment d’appartenance à une communauté et une conscience collective de responsabilité à l’égard de l’environnement.

Serbie: La fabrication de la poterie de Zlakusa, poterie au tour manuel dans le village de Zlakusa
La fabrication de la poterie de Zlakusa, poterie au tour manuel dans le village éponyme, renvoie à la pratique de fabrication de récipients non émaillés destinés à la cuisson des aliments. Utilisées dans les foyers et les restaurants de toute la Serbie, les poteries de Zlakusa sont façonnées à partir d’argile et de calcite sur un tour actionné exclusivement à la main. Une fois terminés, les récipients sont décorés de motifs géométriques. On dit que certains plats préparés dans des poteries de Zlakusa et cuits au feu de bois ont un goût unique. La poterie est étroitement liée au village de Zlakusa et ses environs immédiats en raison de son lien avec son environnement naturel.

Singapour: La culture des hawkers à Singapour, les pratiques culinaires et de restauration en communauté dans un contexte urbain multiculturel
La culture des hawkers est présente dans tout Singapour. Les hawkers préparent des plats variés pour des clients qui se restaurent et se retrouvent dans les centres de hawkers. Ces centres tiennent lieu de « salles de restauration en communauté » dans lesquelles des personnes de diverses origines se rassemblent pour partager ensemble un repas. D’autres activités s’y déroulent également : on peut jouer aux échecs, écouter des musiciens ou regarder des peintres travailler. Nés de la culture de la restauration de rue, les centres de hawkers sont devenus des symboles de la ville-État multiculturelle de Singapour. Beaucoup d’entre eux ont une spécialité, qu’ils perfectionnent depuis plusieurs années, et ils transmettent leurs recettes, leurs connaissances et leurs savoir-faire aux plus jeunes membres de leur famille ou à des apprentis.

Suisse, France: Les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art
Les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art permettent de créer des objets d’horlogerie destinés à mesurer et indiquer le temps, des automates d’art et des androïdes mécaniques, des sculptures et des tableaux animés, des boîtes à musique et des oiseaux chanteurs. Ces objets techniques et artistiques comportent un dispositif mécanique permettant de générer des mouvements ou d’émettre des sons. Ces savoir-faire ont une fonction économique mais ils ont aussi façonné l’architecture, l’urbanisme et la réalité sociale quotidienne des régions concernées où l’artisanat reste particulièrement dynamique.

Tchéquie: La fabrication artisanale de décorations d’arbres de Noël en perles de verre soufflé
La fabrication artisanale de décorations d’arbres de Noël en perles de verre soufflé fait référence à des perles argentées, colorées et décorées à la main. Considéré comme un élément culturel clé dans les régions des monts des Géants et des monts de la Jizera en Bohême du Nord, cet artisanat traditionnel se transmet de génération en génération au sein des familles. Il est aussi sauvegardé par l’atelier familial Kulhavý, le seul petit atelier de fabrication qui ait survécu à la mutation économique du pays. La création des décorations de Noël est évoquée dans les légendes et les contes populaires de Krkonoš, le légendaire chef des montagnes.

Tunisie: La pêche à la charfiya aux îles Kerkennah
La pêche à la charfiya aux îles Kerkennah est une technique de pêche traditionnelle qui exploite passivement les conditions hydrographiques, le relief marin et les ressources naturelles sur mer comme sur terre. La charfiya est une pêcherie fixe utilisée entre l’équinoxe d’automne et le mois de juin pour permettre à la faune marine de se régénérer. Chaque année, la reconstruction de ce dispositif est associée à des pratiques sociales. La pêche à la charfiya, qui suppose une excellente connaissance de la topographie sous-marine et des courants marins, est la principale technique de pêche utilisée dans les îles. C’est donc un facteur d’unité pour les habitants de l’archipel.

Zambie: La danse budima
La danse budima est une danse de guerriers exécutée tout au long de l’année par le peuple wé lors de manifestations solennelles et spirituelles. Hommes, femmes et enfants participent à cette danse. Les hommes incarnent des guerriers ou des soldats qui manient avec adresse de longues lances dans des gestes qui évoquent la guerre. D’autres jouent de la trompette, ou de la flûte à une note, fabriquées en corne d’antilope, et chantent. Les femmes portent des bijoux en perles, ainsi que des crécelles aux pieds. Elles chantent en chœur et dansent vigoureusement. La danse budima est un facteur d’unité pour les membres des communautés concernées qui en sont très fiers.

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel a pour but de donner de la visibilité aux traditions et connaissances collectives. Cette liste comprend actuellement 492 « éléments ».

Inscriptions au Registre de bonnes pratiques de sauvegarde

Allemagne, Autriche, France, Norvège, Suisse: Les techniques artisanales et les pratiques coutumières des ateliers de cathédrales, ou “Bauhütten”, en Europe, savoir-faire, transmission, développement des savoirs, innovation
Les Bauhüttenwesen sont apparus au Moyen Âge sur les chantiers de construction des cathédrales européennes. En allemand, le terme Bauhüttenwesen désigne d’une part l’organisation d’un réseau d’ateliers œuvrant à la construction ou à la restauration d’un édifice et d’autre part l’atelier lui-même. Aujourd’hui comme alors, ces ateliers accueillent différents corps de métiers œuvrant en étroite collaboration, constituant un réseau suprarégional qui s’étend au-delà des frontières nationales. Confrontés à la pénurie progressive des compétences techniques, les ateliers sont devenus des institutions dédiées à la préservation, la transmission et au développement des techniques et savoir-faire traditionnels.

France: La yole de Martinique, de la construction aux pratiques de navigation, un modèle de sauvegarde du patrimoine
Créée il y a plusieurs siècles, la yole de Martinique témoigne de l’importance des embarcations traditionnelles dans l’histoire de la région et est parfaitement adaptée aux conditions spécifiques de la navigation le long des côtes de l’île. Devant la menace de disparition de ces embarcations, un mouvement spontané de sauvegarde s’est mis en place. Le programme de sauvegarde s’est étoffé au fil des années. Les principaux objectifs du programme de sauvegarde sont les suivants : préserver les savoir-faire des charpentiers de marine locaux ; transmettre les savoir-faire liés à la navigation ; renforcer les liens entre les praticiens de la yole et la communauté locale ; et créer une fédération pour organiser de grands événements.

Grèce: La caravane polyphonique, recherches, sauvegarde et promotion du chant polyphonique de l’Épire
La caravane polyphonique est un projet de longue durée consacré aux recherches, à la sauvegarde et à la promotion du chant polyphonique de l’Épire. Le chant est interprété par un groupe de chanteurs évoquant presque tous les aspects de la vie. Au milieu des années 1990, des jeunes ont fondé l’ONG « Apiros (caravane polyphonique) » afin de faire face aux menaces qui pesaient sur la pratique, après la migration des habitants d’Épire vers les grands centres urbains. Les principaux objectifs sont toujours la sensibilisation à la pratique de l’élément, sa documentation, la multiplication d’interactions et le rassemblement de tous les praticiens.

Le Registre des bonnes pratiques de sauvegarde permet aux États Parties, aux communautés et aux autres parties prenantes de partager des expériences de sauvegarde réussies, ainsi que des exemples de la manière dont ils ont relevé les défis rencontrés au cours de la transmission de leur patrimoine vivant, sa pratique et des connaissances à la génération future. Le Registre comprend actuellement 25 bonnes pratiques.

Réunion :

Top