Les Comores font des progrès significatifs pour assurer la sauvegarde du patrimoine vivant

[alt]
Renforcement des capacités des Comores pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en vue du développement durable
© UNESCO

Le projet « Renforcement des capacités pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel des Comores pour le développement durable » s’est achevé avec une cérémonie de clôture qui s’est tenue à Moroni, Union des Comores, à la fin de 2019. Le projet a considérablement renforcé les capacités nationales des Comores en matière de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, grâce à des activités axées sur la documentation, la recherche, la sensibilisation et l’inventaire avec la participation des communautés.

Ces activités ont permis de dresser le tout premier inventaire national, comprenant 15 éléments du patrimoine culturel immatériel, et de mener un examen complet de la législation en vigueur pour la protection et la promotion du patrimoine culturel. Au cours de la cérémonie, le Ministre des arts et de la culture a exprimé son engagement personnel pour faire adopter le projet de loi sur le patrimoine par l’Assemblée nationale.

Organisée par l’UNESCO en collaboration avec le Ministère de la jeunesse, des sports, de l’insertion professionnelle, des arts et de la culture, et le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la cérémonie de clôture s’est déroulée au Centre national de documentation et de recherche scientifique (CNDRS). Elle a comporté une exposition photographique et une vidéo interactive présentant le patrimoine vivant aux Comores, ainsi que des présentations en direct des pratiques du patrimoine culturel immatériel aux écoliers et au grand public.

Le projet « Renforcement des capacités pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel des Comores pour le développement durable » a été mené de novembre 2017 à décembre 2019, grâce à une généreuse contribution de 249 435 dollars des États-Unis du Département de la culture et du tourisme d’Abou Dhabi à l’UNESCO.

Top