La première loi en matière de patrimoine voit le jour en Érythrée !

[alt]

Le Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est et le ministère de l’éducation ont célébré, lors d’une cérémonie nationale tenue le 28 janvier, l’élaboration de la première loi érythréenne sur le patrimoine culturel et naturel. Cette loi a pour objectif de protéger le patrimoine national naturel et culturel, et accorde une attention particulière au patrimoine culturel matériel et immatériel.
Pour l’occasion, le ministre de l’éducation, son excellence M. Semere Russom a affirmé que cette nouvelle loi offrira au pays et aux générations futures un programme de protection de son patrimoine culturel immatériel. Il a également traité de l’importance d’une sensibilisation du public à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel érythréen.
Cet acte historique dans la législation du pays ne mettra pas seulement l’accent sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, mais également sur sa potentielle contribution au développement durable.
Le directeur du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est, Mohamed Djelid, a partagé le même point de vue que le ministre de l’éducation et a expliqué que « cette nouvelle loi sur le patrimoine est une base solide sur laquelle l’Érythrée pourra construire un secteur du patrimoine solide et durable ». M. Djelid a également félicité le pays pour son rôle actif et déterminant dans la mise en œuvre de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.
La proclamation de la loi nationale érythréenne 177/2015 pour le patrimoine culturel et naturel, adoptée en septembre 2015, a été élaborée avec le soutien du projet extrabudgétaire de l’UNESCO, financé par le gouvernement norvégien, de Strengthening the capacities of Eritrea for implementing the Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage. Cette nouvelle loi a également été publiée dans la base de données de l’UNESCO sur les législations nationales du patrimoine culturel.
Lancé en octobre 2014, ce projet est réalisé par l’UNESCO en étroite collaboration avec le Bureau des affaires culturelles au sein du Ministère de la culture, la commission nationale érythréenne auprès de l’UNESCO, le musée national d’Érythrée, le centre érythréen de recherche et de documentation et le collège des Arts.
La prochaine étape du projet sera de se concentrer sur le travail d’inventaire du patrimoine culturel immatériel dans le pays, en étroite collaboration avec les communautés locales, et devrait être finalisée d’ici décembre 2016.

Top