To cope with the pandemic, family ties have been strengthened.
 © Plindenbaum CC BY-SA 3.0
عذراً، هذه الصفحة غير متوفرة باللغة العربية

La pratique foraine en tant que culture vivante

البلد
France
المساهم
Le Petit Cheval de bois (Promotion de la culture foraine vivante)

Notre patrimoine a été durement affecté par la crise liée au Coranavirus, dans la mesure où nos activités festives ont été interrompues. Nous ne pouvons plus accueillir de public, en raison des risques sanitaires graves qui pèsent sur la population.
Notre communauté se sent particulièrement engagée dans cette crise et défend une attitude responsable pour éviter la propagation du virus, dans la mesure où les arts forains sont festifs et publics par nature.

De surcroît, notre patrimoine est particulièrement impacté puisqu’il n’est plus possible, en France, de prévoir et pour une durée indéterminée les festivités foraines, avec des répercussions particulièrement délétères sur notre patrimoine.
Il serait judicieux que l’UNESCO et les Etats membres, dont la France prennent des mesures urgentes pour protéger notre patrimoine qui est à ce jour en péril. Nos enfants souffrent également de cette crise puisque la scolarisation a été rendue encore plus malaisée durant cette période, outre les difficultés à leur transmettre, par l’apprentissage notre art et nos techniques puisque notre activité est à ce jour totalement interrompue.

Pour faire face à la situation actuelle, les liens familiaux se sont resserrés, en mettant en valeur notre patrimoine, par des veillées familiales mises en oeuvre par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ainsi, les membres de notre communauté peuvent évoquer les coutumes et les traditions de jadis. Il nous est aussi loisible de rénover nos manèges, y compris les plus anciens, de prendre le temps d’expliquer aux plus jeunes le sens de notre art et ses techniques, dans son aspect théorique et historique.

La pratique foraine en tant que culture vivante se décompose en effet en deux mouvements:

  • Dans un premier temps, quand nous recevons les spectateurs, ce qui n’est plus possible actuellement, nos enfants sont heureux de participer à la création d’attractions sans cesse renouvelées. Les forains sont fiers d’émerveiller le public par la féérie et la magie de leurs fêtes. Cet aspect est à ce jour en péril en raison de l’interruption des festivités foraines.
  • Néanmoins, la crise liée à la pandémie et au confinement a permis de reserrer nos liens familiaux et notre communauté en montrant à nos enfants comment conserver le matériel pour qu’il soit opérationnel, sécurisé et qu’il participe à la magie de la fête quand nous recevrons de nouveau le public. Le caractère oral de notre culture multi-séculaire est ainsi valorisé par ces phases d’échange et d’apprentissage entre les membres de notre communauté, qui a par ailleurs, toujours su affronter les périls et les évènements douloureux de l’Histoire.

Ainsi et très concrètement, notre communauté a poursuivi le travail mémoriel entrepris en vue de son inscription au Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO et en dépit de la crise, cette phase permet une introspection sur le sens et la valeur des arts et de la culture forains, malgré cette situation périlleuse si douloureusement vécue.

L’optimisme et le courage de la communauté foraine permettent d’envisager un avenir plus lumineux, quand cette crise sera achevée, avec l’aide des gouvernements et des organisations internationales telles que l’UNESCO.


Top