Patrimoine immatériel : l’heure du bilan à mi-parcours dans le Maghreb

[alt]

Faire le point à mi-parcours sur les résultats du projet de renforcement des capacités dans le domaine du patrimoine culturel immatériel : tel était l’objet de la réunion des représentants des ministères de la culture du Maroc, de la Mauritanie et de la Tunisie, qui s’est tenue du 23 au 25 février 2015 à Casablanca. Financé par le Fonds du patrimoine culturel immatériel grâce à une contribution de la Norvège, ce projet a pour objectif d’assister trois pays de la sous-région Maghreb dans la sauvegarde de leur patrimoine culturel immatériel à travers la mise en œuvre effective de la Convention.
Parmi les points positifs, les participants ont souligné la centaine de cadres des ministères, représentants d’ONG et des communautés (dont 40 % de femmes) formés sur la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et aux méthodologies d’inventaire participatif. Ces formations ont permis au Ministère tunisien de la culture d’organiser à son tour 24 ateliers à travers le pays, animés par les personnes ayant bénéficié des ateliers de formation organisées dans le cadre du projet.
Les mesures visant à améliorer la qualité des activités restantes, par exemple assurer le bon fonctionnement des comités nationaux du patrimoine culturel immatériel et renforcer les liens entre tous les acteurs du projet, ont également été au centre des débats.
Les participants pensent déjà aux mesures de pérennisation des résultats à long terme pour une meilleure sauvegarde du patrimoine immatériel : identifier des thèmes prioritaires ainsi que des modalités de coopération pour les pays du Maghreb. La préparation de requêtes d’assistance financière auprès du Fonds du patrimoine culturel immatériel pour multiplier les ateliers de formation sur la Convention et ses outils figure aussi parmi celles-ci.

Top