Decision of the Bureau : 10.COM 1.BUR 1.1

Le Bureau,

  1. Rappelant le chapitre V de la Convention et le chapitre I des Directives opérationnelles,
  2. Ayant examiné le document ITH/15/10.COM 1.BUR 1 ainsi que le dossier n 00949,
  3. Prend note que le Gabon a demandé une assistance internationale d’un montant de 24 560 dollars des États-Unis pour un projet intitulé « Inventaire et promotion du patrimoine culturel immatériel des populations pygmées du Gabon» :

Ayant bénéficié d’activités de renforcement des capacités, le Gabon a pris conscience de la nécessité d’une action de sauvegarde envers le patrimoine culturel immatériel des communautés pygmées, dont des enquêtes menées avec ces populations ont mis en évidence la menace de disparition d’éléments constitutifs de leur identité. Le projet proposé vise à dresser un inventaire du patrimoine culturel immatériel des populations pygmées Babongo, Baka et Bakoya. Plus spécifiquement, le projet permettra d’élaborer une méthodologie d’inventaire adaptée au contexte culturel des communautés pygmées, d’identifier des éléments de ces communautés et ceux nécessitant une sauvegarde urgente, et de développer un plan national d’action pour leur sauvegarde. Sur le plan institutionnel, la mise en œuvre du projet permettra l’opérationnalisation du Service de recensement en charge des inventaires du patrimoine culturel immatériel depuis 2012 au sein de la Direction de la conservation du patrimoine culturel (DCPC) et les résultats viendront nourrir la finalisation du projet de loi instituant la charte culturelle dans lequel le Gabon est engagé depuis 2011. Les communautés locales bénéficiaires, quant à elles, verront leurs capacités renforcées en vue d’initier des actions de sauvegarde et de promotion de leur patrimoine culturel immatériel pour une meilleure connaissance de leur identité et de leur épanouissement endogène. Les groupes et associations représentant ces communautés, en particulier le Mouvement des minorités autochtones et pygmées du Gabon (MINAPYGA) et l’Association pour les bonnes actions médicales et environnementales (ABAME), seront également des bénéficiaires importants qui pourront capitaliser sur les résultats du projet pour enrichir leurs activités en faveur du développement et de la reconnaissance des communautés à travers le patrimoine culturel immatériel. Enfin, la diffusion des résultats des inventaires, notamment sous forme de brochure, contribuera à une meilleure connaissance mutuelle du patrimoine culturel immatériel des différentes communautés pygmées, contribuant ainsi au renforcement du respect mutuel et au dialogue interculturel au niveau national.

  1. Décide, sur la base des informations fournies dans le dossier n 00949, que la demande satisfait aux critères d’octroi de l’assistance internationale énoncés aux paragraphes 10 et 12 des Directives opérationnelles :
Critère A.1 : Les communautés concernées ont été impliquées dans l’élaboration de la demande à travers la participation des associations MINAPYGA et ABAME et d’autres populations pygmées non structurées en associations vivant à Libreville. Le projet prévoit que ces associations aideront à identifier les autres membres des communautés ne résidant pas à Libreville qui prendront part au travail d’inventaire à la suite de l’atelier de formation prévu pour chaque communauté. Les communautés concernées seront représentées tant au sein des équipes d’inventaire que du Comité de pilotage qui assurera le suivi et évaluation du projet. Elles participeront donc au projet en tant que bénéficiaires des activités mais aussi en tant qu’acteurs de la mise en œuvre.

Critère A.2 : Le montant de l’assistance demandée semble adapté aux activités proposées.

Critère A.3 : La demande a été élaborée par la Direction de la conservation du patrimoine culturel (DCPC), dont le Service de recensement est en charge des inventaires du patrimoine culturel immatériel et dont le personnel a bénéficié des ateliers de renforcement des capacités de l’UNESCO. La demande est bien structurée et décrit une série d’activités suivant une séquence d’étapes qui capitalisent sur les résultats des précédentes et selon un calendrier qui paraît réalisable dans les délais impartis.

Critère A.4 : La production d’un plan d’action national et de promotion des éléments du patrimoine culturel immatériel, qui contribuera à une meilleure prise en compte nationale des communautés pygmées, permettra d’inscrire les résultats du projet dans la durabilité. L’implication des associations MINAPYGA et ABAME constitue une garantie de durabilité dans la mesure où les résultats viendront alimenter les activités de reconnaissance de citoyenneté des populations pygmées dans lesquelles ces associations sont activement engagées. Par ailleurs, au niveau des communautés locales, les résultats des inventaires viendront nourrir des activités déjà initiées en faveur du développement des infrastructures sociales et sanitaires, notamment en associant le Ministère du tourisme et l’agence nationale des parcs nationaux à la production du plan d’action national. Au niveau institutionnel, les résultats du projet constitueront une nouvelle base de travail pour le Service de recensement créé en 2012 au sein de la DCPC pour mener à bien sa mission de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et contribueront à la finalisation du projet de charte culturelle, dont le Ministère de la culture mène le processus d’élaboration depuis 2011.

Critère A.5 : L’État partie contribuera à environ 35 % du montant total du projet, ce qui constitue une preuve d’engagement conséquente des autorités nationales dans ce projet.

Critère A.6 : Le renforcement des capacités en faveur des institutions, de la société civile et des communautés constitue l’un des résultats escomptés du projet et se focalisera à trois niveaux : l’appropriation par les communautés de leur propre patrimoine culturel immatériel à des fins de développement des systèmes de transmission ; la formation des agents ministériels, des ONG et associations ainsi que les membres des communautés bénéficiaires aux techniques d’inventaires participatifs en vue de la sauvegarde ; l’acquisition de compétences adéquates par les membres des équipes d’inventaire pour la collecte des données, l’élaboration et la mise en œuvre de mesures de sauvegarde et de promotion du patrimoine culturel immatériel. À cette fin le projet pourra compter sur le Centre de recherche et d’études sociologiques du Gabon (CRES), dont l’un des membres fait partie du Réseau d’experts facilitateurs de l’UNESCO pour le renforcement des capacités en matière de patrimoine culturel immatériel.

Critère A.7 : Le Gabon n’a pas bénéficié d’assistance internationale préalable.

Critère 10(b) : La demande démontre un potentiel effet multiplicateur, le projet contribuant à consolider les acquis du service Recensement de la DCPC et, selon la méthodologie d’allocation budgétaire appliquée à ce service, il pourrait contribuer à améliorer substantiellement son budget de fonctionnement par la prise en compte des activités liées au plan d’action résultant du projet. De plus, des démarches seront entreprises par les associations MINAPYGA et ABAME auprès de leurs partenaires techniques et financiers multilatéraux traditionnels (tels que l’UNICEF, le WWF, l’EGAD, la Banque mondiale) pour le financement complémentaire de programmes capitalisant sur les résultats du présent projet.

  1. Approuve en sa qualité d’organe habilité, la demande d’assistance internationale du Gabon pour l’« Inventaire et la promotion du patrimoine culturel immatériel des populations pygmées du Gabon» (n 00949) pour un montant de 24 560 dollars des États-Unis 
  2. Encourage l’État partie, au terme de ce projet, à partager ses expériences et ses résultats avec la communauté internationale et tout autre pays intéressé,
  3. Demande au Secrétariat de se mettre d’accord avec l’État partie demandeur sur les détails techniques de l’assistance, en accordant une attention particulière à la budgétisation détaillée des activités prises en charge par le Fonds du patrimoine culturel immatériel ;
  4. Invite l’État partie à utiliser le formulaire ICH-04-Rapport pour rendre compte de l’utilisation de l’assistance accordée.

Top