Le Fichee-Chambalaalla, festival du Nouvel an des Sidamas

   

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2015 (10.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage (ARCCH), 2014 :

Le Fichee-Chambalaalla est une fête du Nouvel An célébrée par les Sidamas. D’après la tradition orale, le Fichee commémore l’histoire d’une femme sidama qui, après son mariage, rendait visite à sa famille et ses proches une fois par an. Elle apportait à ces occasions du buurisame, un repas concocté à partir de fausses bananes, de beurre et de lait, et qui était partagé avec les voisins. Le Fichee est depuis devenu un symbole fédérateur des Sidamas. Chaque année, des astrologues déterminent la date exacte du festival, qui est ensuite annoncée aux clans. Des manifestations collectives ont lieu tout au long du festival, y compris des chants et des danses traditionnels. Chaque membre y participe, quels que soient son âge, son sexe et son statut social. Le premier jour, les enfants passent de maison en maison pour saluer leurs voisins, qui en retour leur offrent du buurisame. Pendant le festival, les chefs de clans conseillent aux Sidamas de travailler dur, de respecter et d’aider les anciens, de s’abstenir de couper les arbres indigènes et d’éviter la mendicité, l’indolence, les faux témoignages et le vol. Le festival favorise donc l’équité, la bonne gouvernance, la cohésion sociale, la coexistence pacifique et l’intégration entre les clans sidamas et les divers groupes ethniques en Éthiopie. Les parents transmettent la tradition à leurs enfants oralement et à travers la participation à des événements lors des célébrations. Les femmes transmettent en particulier les connaissances et savoir-faire associés aux coiffures et à la préparation du buurisame à leurs filles et aux autres filles dans leurs villages respectifs.

Top