Date
01/05/1999 - 22/06/2024
Pays
Liban

Ce séminaire fut organisé à Beyrouth en mai 1999 pour étudier la question telle qu’elle s’applique aux Etats arabes. Des experts de douze pays y ont pris part. Quelques préoccupations des pays arabes dans le domaine du folklore, esquissées dans les questionnaires remplis par dix pays, ont été énumérées. Parmi celles-ci, il faut noter:

  • Les budgets alloués au folklore ont été diminués;
  • Les industries traditionnelles ont été séparées du secteur Patrimoine et servent essentiellement les touristes;
  • Le patrimoine risque de disparaître compte tenu de l’importance accordée aux nouveautés, notamment aux nouvelles technologies;
  • Le patrimoine peut être l’objet de distorsion (ou même être volé par d’autres pays) et divisé selon des critères sectaires;
  • Les institutions qui s’occupent de folklore disposent d’effectifs réduits et souffrent de l’absence d’un organisme central de coordination.

Les effets de la mondialisation ont été discutés en tenant compte de la nature non-statique de la culture. La mondialisation a été perçue comme une arme à double tranchant qui peut aider les pays à revitaliser leurs cultures pour que celles-ci puissent faire face à d’autres cultures mais peut aussi menacer ces pays d’homogénéité culturelle. On a aussi noté l’importance de la préservation des cultures populaires et traditionnelles pour le développement humain et la possibilité que le folklore puisse être source de renaissance culturelle tout en contribuant au développement économique. Il faut cependant veiller à ce que l’utilisation du folklore à des fins économiques ne porte pas préjudice au folklore lui-même. Le patrimoine culturel est sous la menace de la dégradation écologique mais, en même temps, sa revitalisation peut contribuer à la création d’un meilleur environnement et constituer une partie de l’identité et de la dignité humaines.

Les participants ont suggéré des mesures pour résoudre les problèmes auxquels les pays arabes font face en matière de folklore et pour aboutir à une sauvegarde et une revitalisation du patrimoine culturel. Il a été suggéré qu’un plan de développement mondial soit mis au point pour le patrimoine traditionnel et populaire et qu’une législation appropriée soit adoptée pour la protection du patrimoine et des travailleurs du secteur. La sauvegarde de ce patrimoine doit être conçue comme un processus continu et des institutions permanentes doivent être établies pour apporter un soutien moral et financier à ses praticiens et autres intéressés. En outre, une priorité évidente pour assurer la continuité et la viabilité de cette culture serait l’introduction, dans les programmes scolaires, de cours ayant trait à la culture traditionnelle et populaire.

Top