En route vers la planification de stratégies nationales de renforcement des capacités dans huit pays en Afrique et dans la région arabe : l’évaluation des besoins du Soudan du Sud est terminée

[alt]
Huit pays en Afrique et dans la région arabe (les Comores, Djibouti, l’Égypte, Madagascar, la Palestine, le Soudan et le Yémen) bénéficient actuellement du soutien de l’UNESCO afin d’identifier leurs besoins, par le biais de consultations nationales, pour sauvegarder leur patrimoine culturel immatériel. Ces besoins, données essentielles pour la mise en œuvre de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, couvrent des domaines tels qu’un environnement institutionnel et professionnel adéquate, des cadres législatifs et de politiques publiques pertinentes, ainsi que la capacité à mener des inventaires et d’autres mesures de sauvegarde.

Ces évaluations des besoins aboutiront à des propositions de projets pluriannuels afin de renforcer les capacités nationales pour la sauvegarde du patrimoine vivant sur une base durable.
Le Soudan du Sud a été le premier à lancer le processus, après avoir achevé la phase d’évaluation des besoins du projet en novembre 2014. Alors que d’autres évaluations des besoins ont récemment eu lieu aux Comores et en Palestine en mars 2015, Djibouti et le Soudan devraient suivre le même chemin en avril 2015. Les préparatifs pour les consultations nationales en Egypte, à Madagascar et pour le Yémen sont également en cours.
Rendu possible grâce au généreux soutien financier de l’Autorité d’Abu Dhabi pour le tourisme et la culture (ADTCA) dans les Emirats Arabes Unis, cette initiative, qui relève de la stratégie de renforcement des capacités de l’UNESCO pour renforcer la sauvegarde du patrimoine vivant, est mise en œuvre par six bureaux hors Siège de l’UNESCO en étroite coopération avec les autorités nationales concernées et le soutien du secrétariat de la Convention de 2003 au Siège à Paris.

Top