Appui à l'Equateur pour l'intégration du patrimoine culturel immatériel dans les politiques publiques

[alt]

Le programme de deux ans de renforcement des capacités, financé par les Fonds-en-dépôt japonais pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, se termine par une réunion nationale qui se tiendra à Quito du 9 au 11 novembre 2016. En mettant l’accent sur les outils de politique publique pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, la réunion réunira plus de 35 participants pour partager les résultats générés au cours d’une série de trois ateliers, portant sur ce thème et organisés tout au long de l’année 2016 dans les villes de Loja, Riobamba et Puerto López , situées respectivement dans la région sud, centrale et la côte pacifique de l’Equateur.
La rencontre réunira des représentants de gouvernements locaux, des détenteurs du patrimoine culturel immatériel et des universitaires qui ont participé aux ateliers régionaux, ainsi que des représentants d’autres organisations gouvernementales telles que l’Institut national du patrimoine culturel, le Ministère de la culture et du patrimoine, le Secrétariat national à la planification, le Ministère coordinateur du talent humain, l’Association des municipalités, le Secrétariat national à l’éducation supérieure, le Ministère de la santé, l’Institut du patrimoine métropolitain, l’Institut équatorien de la propriété intellectuelle et les universités nationales.
Organisées autour de cinq groupes de travail, les discussions porteront sur certains des principes directeurs du Guide méthodologique pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, publié en 2013 par l’Institut national du patrimoine culturel, tels que la sensibilisation et la participation citoyenne et la durabilité. Elles porteront aussi sur des priorités nationales plus récentes, telles que le transfert de compétences en matière de patrimoine culturel aux Gouvernements Autonomes Décentralisés ou bien le rôle du patrimoine culturel immatériel dans la récupération suite à des désastres naturels, suite tremblement de terre qui a secoué le pays en avril 2016. Les participants engageront un dialogue intersectoriel pour systématiser les questions et orientations identifiées au niveau décentralisé, en vue de concevoir des stratégies nationales pour chacun de ces domaines thématiques. L’objectif est d’assurer la présence du patrimoine culturel immatériel comme thème transversal dans les politiques publiques dans le cadre du Plan national équatorien pour le Bien-Vivre.

Top