Rapport périodique sur la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

La Convention précise dans son Article 29 que les États parties présentent au Comité des rapports sur les dispositions législatives, réglementaires ou autres prises pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel sur leurs territoires. Cette page présente les rapports périodiques et les échéances pour un pays : Tonga (voir la situation de tous les États parties).

Les rapports périodiques permettent aux États parties d’évaluer leur mise en œuvre de la Convention et leurs capacités de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, de faire rapport sur leurs inventaires du patrimoine culturel immatériel, et de mettre à jour le statut des éléments inscrits sur la Liste représentative.


Sur la mise en œuvre de la Convention

Chaque État partie soumet son rapport périodique au Comité avant le 15 décembre de la sixième année suivant la date à laquelle il a déposé son instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation, et tous les six ans par la suite.

Rapport soumis le 15/12/2017 et examiné par le Comité en 2018 (dû originellement au 15/12/2016)

Résumé

Les Tonga possèdent une riche tradition de patrimoine culturel immatériel, qui est intimement liée à la vie des habitants de l’archipel. Les Tonga ont entrepris des efforts notables pour sauvegarder le patrimoine culturel immatériel (PCI), mis en évidence par la ratification de la Convention en 2010. Le lakalaka a notamment été proclamé chef-d’œuvre du patrimoine culturel immatériel et oral en 2002, avant d’être inscrit sur la Liste représentative du PCI de l’humanité, établie par la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du PCI, en 2008. Le projet de sauvegarde du lakalaka a été mis en œuvre par le Comité des traditions des Tonga, avec l’aide de l’UNESCO.
Le gouvernement des Tonga a pris plusieurs mesures législatives et administratives pour préserver le PCI. Il a par exemple exposé sa position quant au PCI à la Division de la culture et de la jeunesse en 2011. Un groupe de travail sur la culture a été mis en place en 2012 au ministère de l’Éducation, des Affaires féminines et de la Culture afin de promouvoir l’intégration du PCI dans l’éducation. Le Conseil consultatif de la Division de la culture a été approuvé en 2016. De plus, suite au lancement de la politique culturelle nationale en 2013, les Tonga sont en train de rédiger une législation culturelle.
Les Tonga ont également participé et organisé plusieurs ateliers et festivals visant à promouvoir et mettre en avant le PCI, avec le soutien de l’UNESCO et de ses institutions partenaires, afin de maintenir l’importance sociale et culturelle du PCI. Parmi ces activités, citons l’atelier sous-régional sur le PCI qui s’est tenu à Nukualofa en 2008, l’atelier de Tui Kupesi pour la sauvegarde du Tapa traditionnel qui a eu lieu en 2009, le festival Kava Kuo Heka organisé en 2010 pour mettre à l’honneur la diversité culturelle des Tonga, ou encore le 12e Festival des arts et de la culture du Pacifique qui s’est déroulé en 2016. Par ailleurs, en 2016, la Division de la culture et de la jeunesse a organisé un atelier d’une semaine sur l’inventaire du PCI par la communauté aux Tonga, en partenariat avec le Centre international de formation sur le patrimoine culturel immatériel dans la région Asie-Pacifique sous l’égide de l’UNESCO (CRIHAP), un centre de catégorie 2 de l’UNESCO.
La Division de la culture a également mené des actions pour sensibiliser le public au patrimoine culturel immatériel et à son importance. Des programmes régionaux de sensibilisation ont été déployés à divers endroits de Tongatapu et de ‘Eua, avec des agents municipaux et de district, afin de faire connaître la Convention et de renforcer la participation des communautés à l’élaboration d’inventaires dans l’avenir.
Dans un ambitieux plan à long terme, le gouvernement tongien et son ministère du Tourisme (Division de la culture) entendent établir un cadre de cartographie culturelle permettant de créer un registre national du patrimoine culturel matériel et immatériel et de dresser l’inventaire des éléments du PCI sur tout l’archipel des Tonga. À ce jour, la Division de la culture espère recevoir l’aide financière du Fonds du PCI de l’UNESCO pour mener un programme sur l’inventaire national des éléments du PCI des Tonga. Dans le cadre de ce programme, d’autres ONG participeront au projet et une campagne de sensibilisation sera menée avant la réalisation de l’inventaire. Ensuite, la Division de la culture sera chargée de conserver et de diffuser les informations afin que les habitants des Tonga puissent y accéder.
Élément commun à différents groupes et communautés, le PCI représente une grande diversité de traditions, de savoir-faire et de connaissances qui lui sont associés. Cela crée chez les Tongiens un sentiment de fierté à l’égard de leur patrimoine culturel, qui les encourage à le sauvegarder et à le transmettre aux générations futures.

Top