Les connaissances et techniques traditionnelles associées au vernis de Pasto mopa-mopa de Putumayo et Nariño

    

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2020 (15.COM) sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

© Pablo Trejo/Ministry of Culture of Columbia, 2019 :

Les connaissances et techniques traditionnelles associées au vernis de Pasto mopa-mopa de Putumayo et Nariño englobent trois activités traditionnelles : récolte, travail du bois et vernissage décoratif. Cette pratique implique la récolte de bourgeons de mopa-mopa dans la forêt de Putumayo, le travail du bois réalisé par des menuisiers, des tourneurs et des sculpteurs dans le département de Nariño, et le vernissage décoratif des objets fabriqués avec de la résine de mopa-mopa. La récolte nécessite notamment de connaître les pistes forestières, de grimper dans des arbres, de savoir à quel moment cueillir les bourgeons et quelle doit être leur taille, de les récolter délicatement sans abîmer la plante et de savoir comment trouver de l’eau et conserver des vivres. Les praticiens et détenteurs transmettent les connaissances liées à l’élément par la communication orale, l’observation et l’expérimentation, principalement dans le cercle familial. Les techniques associées à la récolte du mopa-mopa, au travail du bois et au vernissage décoratif sont des sources d’identité pour les communautés concernées et le vernis de Pasto a permis aux praticiens de se mettre à leur compte tout en étant rattachés à des corporations et des structures commerciales familiales. Cependant, à l’heure actuelle, on ne compte plus que dix récoltants, neuf maîtres-menuisiers et trente-six maîtres-vernisseurs. La pratique est menacée par plusieurs facteurs, notamment les processus de développement et de mondialisation qui offrent aux jeunes des options plus rentables, la rareté du mopa-mopa et du bois en raison de la déforestation et du changement climatique, l’accès difficile aux sites de récolte et la précarité des conditions de travail dans les ateliers à domicile.

Top