Le Buklog, système de rituels de gratitude des Subanen

    

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2019 (14.COM) sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

© National Commission for Culture and the Arts of the Philippines, 2018 :

Le buklog est un système élaboré de rituels de gratitude pratiqué par les Subanen, peuple autochtone du sud des Philippines. Le chef de la famille hôte, généralement un chef de village appelé timuay, prépare les rituels pour exprimer sa gratitude aux esprits. Les rituels assurent une cohabitation harmonieuse entre les membres d’une famille, d’un clan et d’une communauté, mais aussi entre les mondes humain, naturel et spirituel. Ils consistent par exemple à demander aux esprits la permission d’aller récolter des matières premières dans la forêt, à présenter des pièces de monnaie en offrande, à inviter les esprits des défunts à participer au festin ou à invoquer les esprits de l’eau et de la terre ou de la musique et de la danse. Ensuite, les participants dansent sur une structure en bois surélevée appelée buklog – espace social et sacré – dont les résonances sont supposées plaire aux esprits. Vient ensuite une danse de la communauté marquant le renouvellement des rapports spirituels et sociaux en son sein. Même si ce système de rituel reste le facteur majeur d’unité pour la communauté, plusieurs menaces d’ordre social, politique et économique mettent en péril sa viabilité, dont l’influence d’autres cultures présentes sur le territoire traditionnel des Subanen, l’évolution des dynamiques familiales et les contraintes économiques. Par conséquent, même si les Subanen ont mis en place des mécanismes d’adaptation pour garantir la survie de leur culture, le buklog est maintenant considéré comme très vulnérable, faisant face à plusieurs et importantes menaces et contraintes interconnectées.

Top