Les Raiho-shin, visites rituelles de divinités masquées et costumées

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2018 (13.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Agency for Cultural Affairs (Japan), 2017

Les rituels Raiho-shin sont pratiqués tous les ans dans différentes régions du Japon – en particulier celles de Tohoku, Hokuriku, Kyushu et Okinawa – les jours qui marquent le début de l’année ou lors des changements de saison. Ces rituels ont pour origine la croyance populaire selon laquelle des divinités du monde extérieur, les Raiho-shin, rendent visite aux communautés et inaugurent la nouvelle année ou la nouvelle saison pour garantir bonheur et bonne fortune. Au cours des rituels, les populations locales, qui portent les étranges costumes et les masques effrayants des divinités, se rendent dans les maisons pour réprimander les paresseux et apprendre aux enfants à bien se comporter. Le chef du foyer offre un repas spécial aux divinités pour conclure la visite. Dans certaines communautés, les rituels se déroulent dans la rue. Dans quelques régions, les hommes d’un certain âge deviennent les Raiho-shin, tandis que dans d’autres, les femmes jouent ces rôles. Les rituels s’étant développés dans des régions ayant des contextes sociaux et historiques différents, ils prennent des formes diverses qui reflètent les différentes caractéristiques régionales. En exécutant ces rituels, les populations locales, notamment les enfants, façonnent leur identité, développent un sentiment d’appartenance à la communauté et renforcent les liens qui unissent les membres entre eux. Conformément aux enseignements de leurs ancêtres, les membres de la communauté partagent les responsabilités et collaborent à la préparation et l’exécution des rituels, agissant ainsi en tant que praticiens en charge de la transmission des connaissances associées aux rituels.

A Raiho-shin known as Toshidon places mochi, a rice cake, on the back of a young boy to grant him good luck. (Koshikijima no Toshidon)
Raiho-shin known as Namahage engage in dialogue with members of a family that welcomed the deities into the house. (Oga no Namahage)
Raiho-shin known as Amamehagi with the family that welcomed them into the house. (Noto no Amamehagi)
Raiho-shin known as Paantou appear and walk through the community with local people. (Miyakojima no Paantou)
Raiho-shin known as Amahage admonish a young boy. (Yuza no Koshogatsu Gyoji)
Raiho-shin throw buckets of water on houses in the community as part of a ritual to prevent disasters. (Yonekawa no Mizukaburi)
Raiho-shin known as Kasedori bang a bamboo pole on the floor of a house to ward off misfortune. (Mishima no Kasedori)
A Raiho-shin known as Suneka asks a young boy whether he has behaved well over the past year. (Yoshihama no Suneka)
Members of a safeguarding association explain to visitors the appropriate way to behave in front of Raiho-shin known as Toshidon. (Koshikijima no Toshidon)
A safeguarding association member teaches children how to twine straw ropes that will be used in costumes worn by Raiho-shin known as Namahage. (Oga no Namahage)
Top