Le 'ie Samoa, ou natte fine, et sa valeur culturelle

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2019 (14.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Ministry of Women, Community, and Social Development, Samoa, 2015

Les ‘ie Samoa sont des nattes finement tissées à la main dont une extrémité est bordée de longues franges, et les deux extrémités de deux rangées de plumes vertes et rouges. Traditionnellement élaboré à partir de fines fibres de pandanus, le produit final ressemble à de la soie. Sa lumineuse couleur cuivrée accroît sa valeur, car elle témoigne de son âge et du processus de décoloration naturelle. La production exige une grande dextérité car chaque fibre ne mesure pas plus d’un millimètre de large. La fabrication d’une seule natte peut donc prendre plusieurs mois, voire des années. Cependant, le ‘ie Samoa est plus qu’un produit culturel dont la fabrication requiert un savoir-faire exceptionnel : sa véritable valeur réside dans son utilisation comme objet d’échange lors de cérémonies et rituels traditionnels qui réaffirme les liens de parenté et renforce le bien-être de la communauté. Le ‘ie Samoa est exposé et échangé lors de célébrations festives ou de rassemblements importants (des mariages ou des funérailles, par exemple) et son échange contribue dans une large mesure à préserver la structure sociale. Cet art du tissage est actuellement pratiqué par un nombre croissant de jeunes filles, et même par des hommes. Les femmes et les maîtres tisseurs ont formé des comités dédiés aux nattes fines dans leurs villages, leur permettant d’échanger des idées sur les meilleures pratiques de tissage et de créer des opportunités renforçant la transmission de cette forme d’art.

Master weaver Vilelava Vaipae from Lepuia'i Manono was instrumental in the revitalization of 'ie Samoa. As one of the last known weavers of the traditional 'ie Samoa, she accompanied the Women in Business Development Inc. (WIBDI) trainers to introduce the art to women around the nation.
A representative from the Ministry of Women, Community, and Social Development (MWCSD) and master weaver is measuring the 'ie Samoa using her handspan or aga during a monitoring visit to a village women's committee.
Two women from a women's committee displaying a finished weave of 'ie Samoa before it is decorated.
Young daughters often accompany their mothers in the weaving house. These early years of observation of the art of weaving is one of the key ways the practice is transmitted to the young generation.
Men are strong supporters of the women's committee. This has inspired some men to join the women in the weaving process.
Displaying the 'ie Samoa for exchange during a saofa'i or bestowal of chiefly titles ceremony.
Family gathering of members who will be bestowed a chief title, with the 'ie Samoa to the left of the girl.
A young Samoan girl wearing the 'ie Samoa during a traditional dance.
The women of Sagone women's committee in Savaii weaving together one very large fine mat.
The pandanus leaves are cut from the plant and prepared for the weaving of 'ie Samoa.
Top