Le complexe culturel du bumba-meu-boi du Maranhão

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2019 (14.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Bruno Saphira Ferreira Andrade

Le complexe culturel du bumba-meu-boi du Maranhão est une pratique rituelle impliquant différentes formes d’expression musicale, chorégraphique, théâtrale et ludique, dans laquelle la relation des praticiens avec le sacré est incarnée par la figure du bœuf. La pratique comporte plusieurs éléments distinctifs : le cycle de la vie, l’univers mystico-religieux et le bœuf lui-même. La pratique est hautement symbolique : reproduisant le cycle de la vie (de la naissance à la mort), elle apparaît comme une métaphore de l’existence humaine. Il existe des formes d’expression similaires dans d’autres États brésiliens, mais le bumba-meu-boi du Maranhão est particulier car il englobe différents styles et groupes et met en avant les relations intrinsèques entre la foi, les fêtes et l’art. Chaque année, les groupes de bumba du Maranhão réinventent cette célébration en créant de nouveaux chants, de nouvelles comédies et de nouvelles broderies sur le cuir du bœuf et sur les costumes des artistes. Divisés en cinq « accents » principaux possédant chacun leurs propres caractéristiques, les groupes, bien que divers, suivent un même calendrier annuel pour les représentations et les festivités. Le cycle du festival – qui atteint son paroxysme à la fin du mois de juin – peut durer entre quatre et huit mois. Il comporte plusieurs phases : répétitions, avant-saison, baptêmes, représentations publiques appelées « brincadas » et rituels associés à la mort du bœuf. Il s’agit d’une période de renouveau au cours de laquelle les énergies sont redynamisées et la pratique de l’élément transmise au cours d’activités pour les enfants et d’ateliers de danse, mais aussi au sein des groupes.

Ox in front of the altar on its baptism day, at the headquarters of the Maracanã group
Ox leather depicting the Last Supper, based on Da Vinci's painting
Caboclo da pena, character of the Maracanã group
Cazumba, character of the Baixada 'accent' (style)
Ox and cowboy at Saint Marsal Celebration
Indigenous women, characters of Baixada 'accent' (style)
Miolo, person that gives life to the ox's frame
Folk singer João Sá Viana, master of the 'Boi da Floresta' (forest), from Baixada 'accent' (style)
Ox tied to the pillar for the ritual sacrifice. On the floor, lit candles in honour of Saint John Baptist
Cowboys with an iron pointed goad, characters of the Zabumba 'accent' (style)
Top