La tradition des céramiques peintes de Kossiv

   

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2019 (14.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Ruslan Henkaliuk, 2017 :

La tradition de la céramique peinte de Kossiv, qui concerne la vaisselle, les objets cérémoniels, les jouets et le carrelage, est née au XVIIIe siècle et a connu son âge d’or au milieu du XIXe siècle. Les objets sont fabriqués à partir d’argile grise locale, puis recouverts d’une argile blanche à la texture crémeuse. Une fois secs, le contour des dessins est créé en grattant la surface des objets à l’aide d’une tige métallique. Ils sont ensuite cuits et peints avec des oxydes métalliques afin de produire les coloris vert et jaune traditionnels, une caractéristique indispensable de ces céramiques. Parfois, les maîtres ajoutent un peu de cobalt, tout en veillant à préserver les couleurs traditionnelles. Pendant la cuisson, le colorant vert s’étale pour créer un effet d’aquarelle, que l’on appelle généralement les « larmes ». Les dessins figuratifs des décors sont la principale caractéristique des céramiques de Kossiv. Ils illustrent l’histoire, la vie, les traditions, les croyances et les coutumes des Houtsoules ainsi que la faune et la flore environnantes. Les céramiques sont utilisées dans la vie quotidienne et ont une valeur pratique et artistique. Les maîtres travaillent dans des ateliers familiaux et de petites échoppes et la pratique constitue un marqueur identitaire ainsi qu’un signe d’appartenance à la communauté. Le Département de céramique d’art de l’Université de Kossiv assure la continuité des générations de maîtres et de détenteurs et assume la responsabilité de faire vivre la tradition et de préserver le cycle technologique traditionnel (tours de potier, argile, outils et fours).

Top