Rapport périodique sur la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

La Convention précise dans son Article 29 que les États parties présentent au Comité des rapports sur les dispositions législatives, réglementaires ou autres prises pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel sur leurs territoires. Cette page présente les rapports périodiques et les échéances pour un pays : Éthiopie (voir la situation de tous les États parties).

Les rapports périodiques permettent aux États parties d’évaluer leur mise en œuvre de la Convention et leurs capacités de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, de faire rapport sur leurs inventaires du patrimoine culturel immatériel, et de mettre à jour le statut des éléments inscrits sur la Liste représentative.


Sur la mise en œuvre de la Convention

Chaque État partie soumet son rapport périodique au Comité avant le 15 décembre de la sixième année suivant la date à laquelle il a déposé son instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation, et tous les six ans par la suite.

Rapport soumis le 15/12/2012 et examiné par le Comité en 2013

Résumé

L’organe national en charge de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est l’Autorité pour la recherche et la conservation du patrimoine culturel (en anglais : Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage - ARCCH), dépendant du Ministère de la culture et du tourisme et établie en vertu de la Proclamation No 209/2000 (2000). Elle a pour mandat d’identifier, d’inventorier, d’enregistrer, de sauvegarder et de promouvoir le patrimoine culturel matériel et immatériel éthiopien. L’ARCCH a été désignée par le gouvernement comme organe responsable de la coordination des efforts de sauvegarde et de sensibilisation à la Convention. L’ARCCH a établi deux directions : (1) la Direction de l’inventaire, de l’inspection et de la normalisation du patrimoine culturel et (2) la Direction de la recherche du patrimoine culturel. En outre, chaque Bureau régional de la culture et du tourisme est responsable de la collecte de données et de la recherche sur le patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire. L’université d’Addis-Abeba est également un partenaire essentiel du gouvernement dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de sauvegarde.
La Direction de l’inventaire, de l’inspection et de la normalisation du patrimoine culturel (qui dépend de l’ARCCH) est responsable de la formation à la gestion et à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Les Bureaux régionaux de la culture sont autorisés à dispenser des formations aux activités liées au patrimoine culturel immatériel. Toutefois, en raison d’un manque de main d’œuvre qualifiée et d’expertise et de contraintes budgétaires, tout le renforcement des capacités dans le domaine de la gestion du patrimoine culturel immatériel est coordonné et dispensé par l’ARCCH. S’agissant des activités spécifiques de renforcement des capacités, en 2009, l’ARCCH a rédigé et publié, avec l’aide de l’UNESCO, un manuel d’inventaire qui a été diffusé dans tout le pays. Par ailleurs, en 2011, l’ARCCH a organisé un atelier national pour la mise en œuvre de la Convention (avec l’aide financière de l’UNESCO qui a également mis à disposition ses experts) qui a réuni des participants originaires des neufs Régions du pays, des experts de deux administrations municipales en charge de la culture et du tourisme, des organisations non gouvernementales, des instituts de recherche et des journalistes. Également en 2011, l’ARCCH a organisé à Butajira (au sud de l’Éthiopie) un atelier de cinq jours sur la Convention, l’inventaire et la sauvegarde.
L’ARCCH est également l’organe mandaté pour collecter des informations et organiser les données et la documentation du patrimoine culturel immatériel au niveau national, principalement par l’intermédiaire de sa Direction de la recherche du patrimoine culturel. Elle conserve toute la documentation liée à la recherche et aux inventaires et les publications (y compris les matériels audiovisuels, les photographies, etc.). Des projets de recherche ont été menés sur les pratiques sociales, les meilleures pratiques de résolution traditionnelle des conflits et les systèmes éducatifs traditionnels. Un travail de documentation des contes populaires et proverbes traditionnels a également été entrepris. Les bureaux régionaux de la culture et du tourisme sont également responsables de la collecte et de la préservation des données, de la documentation de leur patrimoine culturel immatériel et de leur transmission à l’ARCCH. Par exemple, l’Agence régionale de la culture et du tourisme de la Région du peuple harari a recueilli les savoirs et connaissances dans le domaine de la médecine traditionnelle et a mené des travaux de recherche sur les mécanismes traditionnels de résolution des conflits. De même, dans la région du Benishangul-Gumuz, les pratiques sociales des populations komo et shinasha ont été enregistrées au format VCD.
Avec la collaboration et le soutien financier du Bureau de l’UNESCO à Addis-Abeba, l’ARCCH a rédigé et publié en 2009 un manuel pour réaliser des inventaires conformément à la Convention. Avec un soutien financier complémentaire, des inventaires à participation communautaire ont été réalisés par les experts de l’ARCCH dans la Région du Sud (56 des 82 nationalités du pays), en trois phases entre 2008 et 2009. L’inventaire ainsi dressé a été publié en trois volumes, en amharique et en anglais. La procédure d’inventaire s’est poursuivie en 2011-2013 avec l’inventaire du patrimoine culturel immatériel des autres régions éthiopiennes.
Le principal critère d’inclusion d’un élément du patrimoine culturel immatériel à l’inventaire est l’acceptation et la reconnaissance pleine et entière de l’élément par la communauté, le groupe ou les individus qui accordent à cet élément une valeur, le considèrent comme important pour leur identité et sont motivés pour le transmettre. Les critères particuliers suivants s’appliquent : (1) chaque élément doit avoir un lien avec l’histoire et la tradition de cette communauté ou de ce groupe ethnique particulier ; (2) l’élément doit être transmis de génération en génération ; (3) l’élément doit refléter l’identité de sa nation ou nationalité particulière ; (4) l’élément doit refléter la créativité de cette nation ou nationalité particulière ; et (5) l’élément doit être identifié par la communauté comme faisant partie de son patrimoine immatériel propre. Jusqu’alors, l’inventaire a pris en considération la viabilité de l’élément pour la communauté et le patrimoine culturel immatériel menacé de disparition (p. ex. la langue ongota qui a été le vecteur des traditions et de la culture du groupe ethnique biraile).
Dans les cinq inventaires qui ont été réalisés dans les différentes régions, les communautés, groupes et individus ont participé activement et ont donné leur consentement à l’identification et à la transmission d’informations sur leur patrimoine culturel immatériel. Les experts d’organisations non gouvernementales (telles que l’Association éthiopienne de musique, l’Association des écrivains éthiopiens et d’autres organisations œuvrant dans le domaine des savoirs et connaissances indigènes et de la médecine traditionnelle) ont participé et ont apporté une contribution très précieuse à l’identification et la définition du patrimoine culturel immatériel.
S’agissant des mesures destinées à promouvoir la fonction du patrimoine culturel immatériel dans la société, la Politique culturelle de l’Éthiopie (1997) a été, en particulier, conçue afin de garantir que les langues, le patrimoine, l’histoire, les beaux-arts, l’artisanat, la littérature orale, les coutumes, les croyances et d’autres éléments culturels des différentes nations et nationalités d’Éthiopie fassent l’objet d’une reconnaissance et d’un respect équitables et aient les mêmes opportunités de développement. Ce document politique prévoyait également des actions concernant le patrimoine culturel immatériel. Le Plan de croissance et de transformation (2010-2015) du Ministère de la culture et du tourisme en faveur de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (qui prévoit l’achèvement de tous les inventaires, la promotion, la mise en valeur, la recherche et la documentation) doit être décliné dans les Bureaux de la culture et du tourisme des neufs Régions et des deux administrations municipales. Les concepts de la Convention et du patrimoine culturel immatériel ont fait l’objet d’une promotion dans les medias sociaux et autres, tels que la radio nationale, les radios FM locales, les télévisions et journaux nationaux et régionaux. Les musées de tout le pays ont également participé à cette initiative.
En ce qui concerne l’éducation, les connaissances et informations sur les différentes fêtes et les aspects matériels associés font partie des programmes scolaires. Des programmes éducatifs et de formation ont également été mis en place au sein des communautés et groupes concernés. Par exemple, avec une aide financière sous forme de subvention du Programme de participation de l’UNESCO, un atelier de formation à été organisé à Awassa en 2011, à l’intention de 27 femmes potières traditionnelles, de 17 représentants des communautés et de représentants du gouvernement et d’organisations non gouvernementales. La formation a abordé, entre autres, les défis économiques et sociaux que doivent relever les potières traditionnelles et leur a permis d’échanger avec des créateurs sur les modalités d’adaptation au marché sans pour autant abandonner leur savoir-faire traditionnel. Les formes traditionnelles de transmission sont relativement fortes et les anciens des communautés profitent de différents rassemblements sociaux pour transmettre des informations et informer les jeunes sur les espaces culturels. Des fêtes et festivals régionaux et nationaux (qui se tiennent régulièrement et tous les ans) et des représentations à l’occasion de ces festivals constituent également d’importants moyens de transmission non-formelle. La transmission des connaissances par la pratique des compétences artisanales est de plus en plus reconnue et appréciée par les jeunes.
Dans le cadre de la coopération bilatérale, sous-régionale, régionale et internationale, le pays a accueilli une réunion régionale sur le thème de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel à laquelle des experts de Djibouti, d’Éthiopie et de Somalie ont participé. La réunion a mis l’accent sur l’identification et la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans les trois pays ainsi que sur le partage d’expériences entre pays.

Top