Decision of the Bureau : 14.COM 4.BUR 4.3

Le Bureau,

  1. Rappelant l’article 23 de la Convention, ainsi que le chapitre I.4 des Directives opérationnelles relatif à l’admissibilité et aux critères des demandes d’assistance internationale,
  2. Ayant examiné le document LHE/19/14.COM 4.BUR/4 ainsi que la demande d’assistance internationale n  01534 soumise par l’Ouganda,
  3. Prend note que l’Ouganda a demandé une assistance internationale pour le projet intitulé Renforcer la capacité des musées communautaires à promouvoir les éléments du patrimoine culturel immatériel inscrits :

Le projet proposé, qui sera mis en œuvre par l’Association des musées communautaires ougandais sur une période de vingt-quatre mois, vise à renforcer les capacités des musées communautaires en vue de promouvoir les éléments inscrits du patrimoine culturel immatériel de l’Ouganda. Bien que plusieurs mesures de sauvegarde aient été proposées pour ces éléments, le concept de patrimoine culturel immatériel n’est pas toujours bien compris, en particulier chez les jeunes, et les éléments ne sont pas suffisamment visibles aux niveaux local et national. Le projet proposé vise donc à aider cinq musées communautaires à collaborer avec leurs communautés respectives pour améliorer la compréhension, l’appréciation et la visibilité de ces éléments. Le projet devrait renforcer les capacités des gestionnaires de musées communautaires et des représentants des communautés détentrices, ce qui permettra de mieux apprécier leur rôle dans la promotion et la sauvegarde du patrimoine vivant. Des informations seront mises à la disposition des musées qui pourront les partager de façon créative dans les espaces muséaux et dans le cadre de compétitions pour les jeunes ou d’autres événements publics de façon à améliorer la visibilité des éléments et à renforcer les mécanismes de transmission. En outre, un film et une publication seront préparés et diffusés pour mettre en avant le rôle des musées communautaires. Par conséquent, deux gestionnaires et deux détenteurs de chacun des cinq musées communautaires concernés devraient acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour promouvoir et sauvegarder le patrimoine vivant, et les membres de la communauté, en particulier les jeunes, s’impliqueront davantage dans sa sauvegarde.

  1. Prend note en outre que cette assistance concerne l’appui à un projet mis en œuvre au niveau national, conformément à l’article 20 (c) de la Convention, et qu’elle prend la forme d’octroi d’un don, conformément à l’article 21 (g) de la Convention ;
  2. Prend également note que l’Ouganda a demandé une allocation d’un montant de 61 471 dollars des États-Unis du Fonds du patrimoine culturel immatériel pour la mise en œuvre de ce projet ;
  3. Décide que d’après les informations contenues dans le dossier n  01534, la demande satisfait aux critères d’octroi de l’assistance internationale énoncés aux paragraphes 10 et 12 des Directives opérationnelles comme suit :

Critère A.1 : Étant donné que la demande résulte d’une initiative de l’Association des musées communautaires ougandais – association regroupant des musées fondés par des communautés – la participation des communautés concernées est assurée. Il s’agit des communautés détentrices des cinq éléments ougandais inscrits sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Les communautés ont participé à la préparation du projet et participeront aux différentes phases de sa mise en œuvre, y compris le suivi et l’évaluation des activités proposées.

Critère A.2 : Le budget est présenté de manière structurée. Il reflète les activités prévues et les dépenses connexes. Par conséquent, le montant de l’assistance demandée est considéré comme étant approprié pour la mise en œuvre des activités proposées. Toutefois, des informations plus précises et plus détaillées auraient été appréciées pour certaines dépenses, notamment en ce qui concerne la production du film.

Critère A.3 : Le projet repose sur huit activités qui concourent à son principal objectif : accroître la visibilité et l’appréciation des éléments inscrits. Ces activités s’enchaînent dans un ordre cohérent ; elles incluent un atelier de formation, des sessions trimestrielles de mentorat, la production de matériel promotionnels et l’organisation d’activités de sensibilisation. Elles semblent réalisables dans le délai proposé de vingt-quatre mois.

Critère A.4 : Au fil du projet, les musées communautaires devraient devenir des centres d’apprentissage et de mobilisation sur le thème du patrimoine culturel immatériel, et contribuer à renforcer la transmission intergénérationnelle des éléments concernés. Alors que les activités proposées doivent viser à assurer la durabilité des résultats escomptés, il est toutefois important qu’elles tiennent compte des besoins et des aspirations des communautés à toutes les étapes du projet, ainsi que de l’objectif fondamental de sauvegarde visant à garantir efficacement la viabilité des éléments concernés.

Critère A.5 : L’État demandeur couvrira 2 pour cent du budget total du projet pour lequel une assistance internationale est demandée, tandis que l’Association des musées communautaires ougandais en couvrira 1 pour cent.

Critère A.6 : Le renforcement des capacités bénéficiera principalement aux gestionnaires des musées communautaires et aux communautés détentrices, et notamment aux anciens et aux jeunes. Ils acquerront des compétences pratiques concernant la recherche et la documentation des éléments, l’élaboration de supports de communication pour promouvoir les éléments, et l’organisation d’activités de diffusion et de sensibilisation. En outre, les connaissances et les compétences des autorités locales, et notamment des Agents de développement de communautés de district des régions concernées, seront renforcées pour permettre une promotion accrue des éléments.

Critère A.7 : L’Ouganda a bénéficié d’une assistance internationale du Fonds du patrimoine culturel immatériel pour deux projets achevés – « Inventaire du patrimoine culturel immatériel de quatre communautés ougandaises » (dossier n  00557, 2013-2015, 216 000 dollars des États-Unis), mené par le Ministère de l’égalité des genres, du travail et du développement social, et « La sauvegarde et promotion du bigwala, musique de trompes en calebasse et danse du royaume du Busoga en Ouganda » (dossier n  00979, 2015-2017, 24 990 dollars des États-Unis), mené par le Conseil national des spécialistes du folklore de l’Ouganda –, ainsi que deux projets en cours – « La promotion de l’éducation au patrimoine culturel immatériel dans les établissements d’enseignement supérieur en Ouganda » (dossier n  01310, 2017-2020, 97 582 dollars des États-Unis), mis en œuvre par la Fondation interculturelle de l’Ouganda, et « La documentation et la revitalisation communautaires des cérémonies et pratiques associées au système empaako d’attribution de noms en Ouganda » (dossier n  01210, 2018-2020, 232 120 dollars des États-Unis), mis en œuvre par Engabu Za Tooro – Tooro Youth Platform for Action. Les travaux prévus dans les contrats relatifs à ces projets ont été et sont toujours exécutés conformément aux règlements de l’UNESCO.

Paragraphe 10(a) : Le projet a une portée nationale et sa mise en œuvre implique des partenaires locaux et nationaux, dont le Musée national de l’Ouganda, la Commission nationale ougandaise pour l’UNESCO et les Agents de développement de communautés de district.

Paragraphe 10(b) : Il est prévu que les gestionnaires des musées communautaires partagent l’expérience et les connaissances qu’ils auront acquises avec d’autres musées et les encourage à mettre en place des projets similaires par l’intermédiaire des responsables des musées communautaires qui auront été formés. La demande devrait également inciter les gouvernements locaux et les administrations scolaires à apporter un soutien financier additionnel.

  1. Approuve la demande d’assistance internationale de l’Ouganda pour le projet intitulé Renforcer la capacité des musées communautaires à promouvoir les éléments du patrimoine culturel immatériel inscrits et accorde un montant de 61 471 dollars des États-Unis à l’État partie à cette fin ;
  2. Demande au Secrétariat de se mettre d’accord avec l’État partie demandeur sur les détails techniques de l’assistance, en accordant une attention particulière à ce que le budget et le plan de travail détaillé des activités à couvrir par le Fonds du patrimoine culturel immatériel soient suffisamment précis pour justifier les dépenses ;
  3. Invite l’État partie à utiliser le formulaire ICH-04-Rapport pour rendre compte de l’utilisation de l’assistance internationale accordée.

Top