Decision of the Bureau : 14.COM 1.BUR 3.2

Le Bureau,

  1. Rappelant l’article 23 de la Convention ainsi que le chapitre I.4 des Directives opérationnelles relatifs à l’admissibilité et aux critères des demandes d’assistance internationale,
  2. Ayant examiné le document LHE/19/14.COM 1.BUR/3, ainsi que la demande d’assistance internationale n  01529 soumise par Djibouti,
  3. Prend note que Djibouti a demandé une assistance internationale pour le projet intitulé Renforcement de capacités en matière d’élaboration d’inventaire participatif :

Mis en œuvre par le Ministère des affaires musulmanes, de la culture et des biens waqfs du Département de la culture de la République de Djibouti pendant une durée de neuf mois, ce projet vise à renforcer les capacités nationales pour réaliser un inventaire des éléments du patrimoine culturel immatériel en vue d’assurer leur sauvegarde. Malgré les efforts récents entrepris par le pays pour mettre en place des structures administratives capables de sauvegarder le patrimoine vivant, les différentes parties prenantes ne sont pas suffisamment sensibilisées et expérimentées dans l’élaboration d’inventaires, et ne possèdent pas les connaissances de base, essentielles pour développer un plan de sauvegarde concret. Dans ce contexte, le projet proposé vise à former plus de soixante participants grâce à des ateliers de renforcement des capacités axés sur l’élaboration d’inventaires avec la participation des communautés, ainsi qu’à préparer des plans de sauvegarde et des demandes d’assistance internationale au Fonds du patrimoine culturel immatériel de la Convention de 2003. Le projet couvrira trois régions, chacune associée à différentes composantes des communautés Afars, Arabes et Somalis. Un travail de terrain pilote sera également mené à bien pour réaliser un inventaire des éléments du patrimoine culturel immatériel de ces communautés.

  1. Prend note en outre, que cette assistance concerne l’appui à un projet mis en œuvre au niveau national, conformément à l’article 20 (c) de la Convention, et qu’elle prend la forme d’octroi d’un don, conformément à l’article 21 (g) de la Convention ;
  2. Prend également note que Djibouti a demandé une allocation d’un montant de 82 080 dollars des États-Unis du Fonds du patrimoine culturel immatériel pour la mise en œuvre de ce projet ;
  3. Décide que, d’après les informations contenues dans le dossier n  01529, la demande satisfait comme suit aux critères d’octroi de l’assistance internationale énoncés aux paragraphes 10 et 12 des Directives opérationnelles :

Critère A.1 : La demande attribue un rôle majeur aux communautés Afars, Arabes et Somalis implantées dans trois régions différentes, avec l’objectif plus général de renforcer les capacités nationales de Djibouti afin de sauvegarder son patrimoine vivant. Les communautés concernées seront impliquées dans la supervision et le suivi des activités. La participation des communautés semble également assurée tout au long de la phase de mise en œuvre, puisqu’elles seront activement impliquées en tant qu’acteurs clés dans l’identification et la définition des éléments du patrimoine culturel immatériel, ainsi que dans l’élaboration de l’inventaire et du plan de sauvegarde.

Critère A.2 : Le budget est présenté de manière claire, complète et détaillée, conformément aux activités proposées. Le montant de l’assistance demandée peut donc être jugé approprié pour la mise en œuvre des activités proposées.

Critère A.3 : La demande présente une série de quatre activités. Elles incluent une formation à l’élaboration d’inventaires avec la participation des communautés, la réalisation d’un inventaire pilote et une formation approfondie sur l’élaboration de plans de sauvegarde. Les activités sont bien conçues et présentées dans un ordre logique. Elles tiennent compte des récentes initiatives de renforcement des capacités mises en œuvre par le pays, et s’inscrivent donc dans un effort de sauvegarde général mis en œuvre au niveau national. Les résultats escomptés semblent réalisables compte tenu de la durée et du calendrier proposés dans le projet.

Critère A.4 : Conformément à la stratégie nationale à long terme du pays et à sa mise en œuvre de la Convention de 2003, les résultats du projet devraient perdurer après la fin de l’assistance et servir de base à l’élaboration d’inventaires au niveau national. L’accent mis sur le renforcement des capacités des institutions pertinentes et des communautés concernées, ainsi que l’acquisition d’équipements pour la documentation et la réalisation d’inventaires, devraient également améliorer la durabilité du projet.

Critère A.5 : L’État demandeur couvrira 4 pour cent du budget total du projet pour lequel l’assistance internationale est demandée au Fonds du patrimoine culturel immatériel.

Critère A.6 : Le renforcement des capacités des communautés concernées et des institutions nationales participant à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel apparaît comme une dimension essentielle du projet. La demande démontre de manière adéquate que le projet contribuera au renforcement des capacités des communautés en matière de réalisation d’inventaires de leur patrimoine vivant, tout en renforçant simultanément les capacités professionnelles nationales relatives au développement de cadres législatifs et institutionnels de sauvegarde.

Critère A.7 : L’État partie n’a, à ce jour, bénéficié d’aucune assistance financière du Fonds du patrimoine culturel immatériel de la Convention de 2003 de l’UNESCO pour mettre en œuvre des activités similaires ou connexes dans le domaine du patrimoine culturel immatériel.

Paragraphe 10(a) : Le projet a une portée nationale et sa mise en œuvre implique des partenaires locaux et nationaux, dont le Comité national du patrimoine culturel immatériel, la Direction des archives nationales, ainsi que les médias locaux et les organisations non gouvernementales.

Paragraphe 10(b) : La formation reçue par les communautés et les autorités nationales, ainsi que les équipements acquis pour dresser les inventaires avec la participation des communautés permettront à d’autres communautés de reproduire cet exercice à l’échelle nationale.

  1. Approuve la demande d’assistance internationale de Djibouti pour le projet intitulé Renforcement de capacités en matière d’élaboration d’inventaire participatif et accorde un montant de 82 080 dollars des États-Unis à l’État partie à cette fin ;
  2. Demande au Secrétariat de se mettre d’accord avec l’État partie demandeur sur les détails techniques de l’assistance, en accordant une attention particulière à ce que le budget et le plan de travail des activités à couvrir par le Fonds du patrimoine culturel immatériel soient suffisamment détaillés et précis pour justifier toutes les dépenses ;
  3. Invite l’État Partie à utiliser le formulaire ICH-04-Rapport pour rendre compte de l’utilisation de l’assistance accordée.

Top