Decision of the Bureau : 12.COM 2.BUR 4.1

Le Bureau,

  1. Rappelant le chapitre V de la Convention et le chapitre I des Directives opérationnelles,
  2. Ayant examiné le document ITH/17/12.COM 2.BUR/4, ainsi que la demande dassistance internationale n  01027,
  3. Prend note que le Burkina Faso a demandé une assistance internationale pour le projet intitulé Renforcement des capacités pour la sauvegarde des expressions des masques au Burkina Faso:

Ce projet vise à promouvoir et sauvegarder le patrimoine culturel immatériel lié aux expressions du masque. Les traditions des masques sont solidement intégrées dans le tissu social de nombreuses communautés du Burkina Faso qui en ont fait les garants de la stabilité de lordre et du bien-être social. À chacune de leurs manifestations, les masques sortent sous différentes formes pour commémorer les rites, purifier et rendre féconde la terre, les êtres humains, la faune et la flore, répondant ainsi à des préoccupations dordre religieux, politique, culturel, économique, environnemental, sanitaire et social. La pratique des traditions des masques sest transmise de génération en génération mais, de nos jours, est confrontée à de nombreuses menaces liées notamment à linfluence des conflits interreligieux, le trafic illicite, la démographie et lurbanisation faisant disparaître certains espaces d’expression. Le présent projet cherche à répondre à certaines des recommandations dune étude menée en 2010 par lAssociation pour la Sauvegarde des Masques (ASAMA), dont le renforcement des dispositifs législatifs et réglementaires, la réalisation dinventaires, la promotion des valeurs associées aux masques, le renforcement de lappropriation des espaces traditionnels dexpression des masques, et la lutte contre le vol des masques. Mis en œuvre par cette même association dans deux régions administratives du Burkina Faso frontalières avec le Mali (la région de la Boucle du Mouhoun et celle des Hauts-Bassins), le projet a pour objectif de sensibiliser et renforcer les capacités des communautés et autres acteurs concernés par cette pratique à travers la tenue de forum dans 18 communes, lorganisation de 10 ateliers de formation ainsi que la tenue dexpositions itinérantes dans 5 villes.

  1. Prend note en outre que cette assistance concerne lappui à un projet mis en œuvre au niveau local visant à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel conformément à larticle 20(c) de la Convention, et qu’elle prend la forme de loctroi dun don, conformément à larticle 21(g) de la Convention ;
  2. Prend également note que le Burkina Faso a demandé une allocation dun montant de 24 925,51 dollars des États-Unis du Fonds du patrimoine culturel immatériel pour la mise en œuvre de ce projet ;
  3. Décide que, daprès les informations contenues dans le dossier n  01027, la demande satisfait aux critères doctroi de lassistance internationale énoncés aux paragraphes 10 et 12 des Directives opérationnelles comme suit :
Critère A.1 : En labsence dune description détaillée et dune définition précise des communautés qui reconnaissent les différentes expressions liées au masque comme faisant partie de leur patrimoine culturel, leur participation aussi large que possible à lélaboration et la mise en œuvre de la demande nest pas suffisamment démontrée ; la liste des « publics cibles » du projet semble trop vaste pour pouvoir sassimiler aux communautés dont le patrimoine culturel immatériel serait concerné par le projet ; les communautés ne semblent pas non plus placées au cœur du projet dans la mesure où leur implication paraît être réduite à celle de récipiendaires passifs dactivités à la conception et mise en œuvre desquelles elles ne participeraient pas de manière active ;

Critère A.2 : Le montant demandé ne semble pas correspondre à la portée ambitieuse dun projet qui cible 20 000 praticiens bénéficiaires, la formation de 400 personnes et lorganisation de 5 expositions itinérantes ; avec seul 28% du montant demandé dédié au renforcement de capacités, le budget total semble peu à même de permettre au projet de parvenir aux résultats escomptés ; des informations plus détaillées sur les dépenses requises pour chaque activité sont également nécessaires pour offrir une justification suffisante du montant demandé ;

Critère A.3 : Si les différentes activités sont clairement identifiées, des informations plus détaillées sur leur préparation et leur déroulé sont nécessaires pour comprendre la logique de leur séquence et de leur enchaînement ainsi que leur pertinence pour répondre aux besoins identifiés ; la place privilégiée accordée aux actions de sensibilisation et de communication ne semble pas correspondre au principal objectif déclaré, à savoir le renforcement des capacités des acteurs de la sauvegarde des expressions culturelles liées au masque ;

Critère A.4 : La formation dacteurs locaux au niveau de ladministration et des communautés ainsi que le renforcement des capacités de lentité chargée de la mise en œuvre du projet, en tant qu’organisation bien établie dans la promotion et la sauvegarde des masques, ont été conçus pour contribuer à la durabilité des résultats, notamment dans la mesure où ces actions sinscriraient dans la continuité des efforts déjà déployés par lÉtat partie ;

Critère A.5 : LÉtat partie contribuera à hauteur de 13 pour cent du budget total du projet pour lequel lassistance internationale est demandée ; le projet bénéficiera dautres contributions qui représentent 24 pour cent du budget mais dont les sources nont pas été spécifiées ;

Critère A.6 : Bien que daprès le titre de la demande, le renforcement de capacités en soit lobjectif principal, les activités proposées sont pour moitié relatives à la sensibilisation et à la promotion ; si le renforcement des capacités institutionnelles de lorganisation chargée de la mise en œuvre du projet ou des membres de ladministration local et des corps confessionnels est une composante importante pour la réussite du projet, des éléments dinformation complémentaires sont nécessaires pour comprendre limpact du projet sur les capacités des communautés détentrices du patrimoine culturel immatériel concerné à le pratiquer et le transmettre ;

Critère A.7 : Le Burkina Faso a reçu une assistance internationale dun montant de 262 080 dollars des États-Unis du Fonds du patrimoine culturel immatériel pour un projet intitulé « L’inventaire et la promotion du patrimoine culturel immatériel au Burkina Faso » ; le projet dont la fin était prévue en juillet 2016, na pas encore pu être clôturé conformément aux règlements de lUNESCO ;

Paragraphe 10(a) : Le projet a une portée sous-nationale et implique des partenaires de mise en œuvre locaux et nationaux ;

Paragraphe 10(b) : Le projet sinscrit dans une politique de coopération culturelle locale soutenue par lagence de mise en œuvre, lASAMA, qui semble donc être en mesure de stimuler des efforts similaires dans le pays ;

  1. Décide de renvoyer la demande dassistance internationale pour le projet intitulé Renforcement des capacités pour la sauvegarde des expressions des masques au Burkina Faso à lÉtat demandeur et linvite à resoumettre une demande révisée au Bureau pour examen au cours dune prochaine session ;
  2. Prend note de lexpérience de lassistance technique reçue par lÉtat partie pour la révision de cette demande tout en regrettant qu’elle nait permis de réorienter ses objectifs que partiellement, afin de mieux laligner avec les buts de la Convention ;
  3. Encourage lÉtat partie, sil souhaite resoumettre la demande, à réviser le contenu et lapproche du projet en tenant compte des préoccupations soulevées ci-dessus et notamment à veiller à la cohérence globale du projet et à sassurer que les activités proposées répondent aux objectifs ciblés le renforcement des capacités ou la sensibilisation , ainsi qu’à privilégier une approche ascendante plaçant les communautés au cœur du projet et leur conférant un rôle actif dans la conception, la mise en œuvre et le suivi des activités ;
  4. Encourage en outre lÉtat partie à articuler des futures demandes dassistance internationale aux politiques culturelles en place dans le pays ainsi qu’à linventaire du patrimoine culturel immatériel mené par la Direction générale du patrimoine culturel du ministère de la Culture et du Tourisme grâce au soutien du Fonds du patrimoine culturel immatériel.

Top