Le travail en réseau des universités en matière de patrimoine vivant progresse dans la région Asie-Pacifique

  • 5 août 2019
[alt]
Une institutrice et apprentie pratiquant la broderie sur cachemire au Musée des Arts et Métiers de Shanghai.
© UNESCO

Du 22 au 25 juillet 2019, un atelier de quatre jours intitulé « Atelier de renforcement des capacités pour faire le lien entre la Convention de 2003 et les programmes universitaires sur le PCI » s’est déroulé à Shanghai, en Chine, en vue de renforcer le travail en réseau des universités dans la région Asie-Pacifique.

Les concepts fondamentaux de la Convention de 2003 ont été présentés aux universités partenaires du Réseau de l’enseignement supérieur de l’Asie-Pacifique pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (RESAP-PCI), qui ont eu l’occasion de discuter de l’intégration de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans leurs cursus existants. Le RESAP-PCI, fondé en 2018 avec l’aide de l’UNESCO et de l’ICHCAP, continue depuis à renforcer son réseau grâce à un séminaire international et à une école de terrain à venir.

L’atelier a été organisé conjointement par le Centre de formation international pour le patrimoine culturel immatériel dans la région Asie-Pacifique sous les auspices de l’UNESCO (CRIHAP), le Centre international d’information et de travail en réseau sur le patrimoine culturel immatériel dans la région Asie-Pacifique sous les auspices de l’UNESCO (ICHCAP), le Bureau de l’UNESCO à Bangkok et le RESAP-PCI.

Les établissements de l’enseignement supérieur jouent un rôle important dans la formation des futurs décideurs, planificateurs et administrateurs destinés à travailler dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et peuvent être des acteurs essentiels du renforcement des capacités. Par conséquent, l’UNESCO soutient le travail en réseau des universités dans toutes les régions.

Top