Le plan d'action mondial de la Décennie internationale des langues autochtones est présenté à l'UNESCO et le patrimoine vivant est mobilisé

  • 18 novembre 2021
Durante las reuniones de carácter social, recreativo y productivo, los adultos cuentan a los niños y niñas historias que dan vida propia al espacio simbólico que comparten.
Durante las reuniones de carácter social, recreativo y productivo, los adultos cuentan a los niños y niñas historias que dan vida propia al espacio simbólico que comparten.
© Centro de la Diversidad, 2013

L’Assemblée générale des Nations unies a proclamé 2019 l’Année internationale des langues autochtones (AILA2019). À la suite d’activités et de discussions fructueuses, un consensus s’est dégagé pour maintenir la dynamique grâce à l’engagement continu de toutes les parties prenantes. Compte tenu de l’urgence et de la gravité de la situation dans laquelle se trouvent de nombreuses langues autochtones, l’Assemblée générale des Nations unies a proclamé la prochaine décennie 2022-2032 Décennie internationale des langues autochtones (IDIL2022-2032). S’appuyant sur cet effort conjoint, le “Plan d’action mondial de la Décennie internationale des langues autochtones” est présenté lors de la Commission de la culture de la 41e session de la Conférence générale les jeudi 18 et vendredi 19 novembre.

La présentation du rapport est une occasion unique de sensibiliser à l’importance des langues autochtones pour le développement durable, la consolidation de la paix et la réconciliation. C’est aussi l’occasion de mobiliser les parties prenantes et les ressources du monde entier pour soutenir et promouvoir les langues autochtones par le biais de la coopération internationale et d’une action commune à tous les niveaux. Un aspect clé du rapport est directement lié au patrimoine vivant.

Comme le souligne le plan d’action, les peuples autochtones détiennent en effet une riche diversité de patrimoine vivant, notamment des pratiques, des représentations, des expressions, des connaissances et des compétences qui restent pertinentes et donnent un sens à la vie quotidienne. De nombreux éléments du PCI inscrits sur les Listes sont liés aux communautés autochtones. La Convention offre aux peuples autochtones une occasion importante de façonner le discours international sur le patrimoine et de veiller à ce que leurs expériences et leurs besoins en matière de sauvegarde du patrimoine vivant soient pris en compte. Si la pratique et la transmission du patrimoine vivant contribuent à la vitalité, à la force et au bien-être des communautés autochtones, la langue est le principal véhicule par lequel ce patrimoine vivant est maintenu en vie.

Pour souligner le rôle important joué par les langues autochtones dans la pratique et la transmission intergénérationnelle du patrimoine culturel immatériel, l’exposition “Sons du patrimoine vivant, un voyage à travers les langues autochtones” est actuellement présentée au siège de l’UNESCO. Les visiteurs sont invités à explorer l’interconnexion de la langue avec le patrimoine vivant des communautés autochtones du monde entier.

Top