Le Mozambique développe une stratégie nationale pour la sauvegarde de son patrimoine vivant

[alt]
Danse traditionnelle à Chinhambudzi, Manica, centre du Mozambique
© Lucas dos Santos Roque, 2013

Après huit mois d’inventaire pilote dans la province de Manica, au centre du Mozambique, l’institut national pour la recherche socio-culturelle, l’Arquivo do Património Cultural (ARPAC) organise, en collaboration avec l’UNESCO, un atelier de clôture du 27 au 31 octobre 2014. L’atelier, qui sera tenu à Manica et Maputo, permettra, entre autres, de mettre en évidence comment les inventaires du patrimoine culturel immatériel sont une étape clé dans l’élaboration de nouvelles mesures de sauvegarde.
Cet atelier, bilan des résultats de l’inventaire pilote, marque la fin d’une série d’activités de formation au niveau national pour le Mozambique et permettra aux acteurs des niveaux local et provincial de Manica et de Maputo de contribuer au développement d’une stratégie nationale pour la promotion et la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel du Mozambique.
Plus de quatre-vingts membres de communautés du Chinhambudzi ont collaboré avec l’ARPAC pour collecter des données, établir des cartes, décrire et catégoriser leur patrimoine culturel immatériel. Les résultats seront présentés pendant l’atelier, pour partager les expériences et informer du développement de la stratégie.
Le Mozambique est le premier pays africain lusophone (PALOP) à avoir accompli un inventaire, et les formateurs mozambicains auront l’opportunité de co-faciliter les ateliers dans d’autres pays des PALOP, notamment Sao Tomé-et-Principe où les préparations sont déjà en cours pour de futurs ateliers. Le 1er novembre une journée supplémentaire sera dédiée à la préparation de nouvelles activités pour le projet-cadre.

Ce projet organisé dans le cadre de la stratégie globale de renforcement des capacités de l’UNESCO, a été rendu possible par une généreuse contribution volontaire de la Norvège au Fonds du patrimoine culturel immatériel.
Top