En Zambie, le projet d'assistance internationale pour la sauvegarde de la poésie de Kuyabila débute

Réunion préparatoire organisée avec les communautés en Zambie.
Réunion préparatoire organisée avec les communautés en Zambie.
© UNESCO Nairobi

Les traditions et expressions orales, qui constituent l’un des cinq domaines de la Convention de 2003, englobent une grande variété de formes orales, notamment les proverbes, les devinettes, les contes, les comptines, les légendes, les mythes, les chants et poèmes épiques, les charmes, les prières, les chants, les chansons, les représentations dramatiques, et plus encore. Les traditions et expressions orales sont utilisées pour transmettre les connaissances, les valeurs culturelles et sociales et la mémoire collective.

Le mécanisme d’assistance internationale est essentiel pour maintenir en vie ces traditions orales et leur richesse, comme le Kuyabila en Zambie, la poésie du peuple Tonga. Elle est accompagnée de musique et d’une danse spéciale et est exécutée lors de divers rassemblements sociaux et cérémonies traditionnelles. Elle sert également d’outil éducatif pour sensibiliser les gens à des questions telles que les violences sexistes et les problèmes de santé. Cependant, la majorité des praticiens du Kuyabila sont aujourd’hui âgés, ce qui met la pratique en danger d’extinction si des mesures de sauvegarde ne sont pas prises.

Ce projet de deux ans est en cours, et de nombreuses activités liées à la sauvegarde de ce patrimoine vivant sont organisées. L’Entité du patrimoine vivant a récemment reçu des nouvelles du terrain, après le lancement du projet en avril dernier. Deux réunions préparatoires ont été organisées dans la province du sud du pays avec des représentants des communautés. Les principales mesures de sauvegarde, telles que les inventaires communautaires, et les principes de la Convention de 2003 ont été présentés aux représentants locaux et aux membres des organisations communautaires. Des formations seront également organisées.

De nombreux projets de sauvegarde ont bénéficié d’une assistance internationale au titre de la Convention de 2003, et des ressources ont été élaborées pour que les États parties soient soutenus dans l’élaboration des demandes.

Top