Des nouvelles de la République de Djibouti : le bilan du projet financé par le Fonds du patrimoine culturel immatériel

Des jeunes filles dansant le dabbal et chantant le Malabo, Djibouti
Des jeunes filles dansant le dabbal et chantant le Malabo, Djibouti
© Amin Abdi Atteyeh

La République de Djibouti a finalisé l’établissement de son premier inventaire national des éléments du patrimoine culturel immatériel avec le soutien du Fonds du patrimoine culturel immatériel. Cet effort s’inscrit dans une série d’ateliers de sensibilisation à la Convention de l’UNESCO de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel organisés dès 2018 par le Ministère des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Waqfs.

Le projet a considérablement renforcé les capacités des communautés afars, arabes et somaliennes dans la mise en œuvre de la Convention de 2003. Plus d’une quarantaine de participants ont pu se familiariser avec ses principes et mécanismes. Ainsi, des représentants des communautés, des détenteurs du patrimoine immatériel, des membres de la société civile, des chercheurs et des cadres du gouvernement ont bénéficié de formations, renforçant la collaboration entre les différents acteurs culturels du pays. Ces formations ont porté sur l’établissement d’inventaires, l’élaboration de plans nationaux de sauvegarde du patrimoine, de dossier de candidature et de demandes d’assistance internationale. Le projet a ainsi culminé dans la production collaborative du premier inventaire national avec la participation active des communautés, comprenant à présent neuf éléments du patrimoine immatériel.

Les autorités djiboutiennes ont également démontré leur attachement au projet de mise en place d’un Comité national chargé du patrimoine culturel immatériel afin poursuivre la dynamique engagée en faveur de la sauvegarde du patrimoine vivant de Djibouti.

En savoir plus sur l’assistance internationale.
Top