Les savoir-faire traditionnels liés à la fabrication et à la pratique du dotâr

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2019 (14.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Les savoir-faire traditionnels liés à la fabrication et à la pratique du dotâr sont reconnus comme des composantes socioculturelles fondamentales de la musique populaire au sein des groupes ethniques et des communautés des régions concernées. Les détenteurs et les praticiens sont essentiellement des agriculteurs, les hommes étant artisans et musiciens et les femmes musiciennes. Le dotâr est un instrument de musique traditionnel à cordes pincées composé d’une caisse en forme de poire faite en bois de mûrier séché, d’un manche en bois d’abricotier ou de noyer et de deux cordes. D’après certaines croyances, l’une des cordes est mâle et sert d’accord tandis que l’autre est femelle et est utilisée pour jouer la mélodie principale. Le dotâr est joué lors d’événements socioculturels importants tels que les mariages, les fêtes, les célébrations et les cérémonies rituelles. Depuis quelques dizaines d’années il est aussi joué dans des festivals locaux, régionaux, nationaux et internationaux. Quand ils jouent, les musiciens racontent des récits épiques, historiques, lyriques, moraux et gnostiques qui constituent l’histoire, la fierté et l’identité de leur ethnie. Les savoir-faire traditionnels liés à la fabrication et à la pratique du dotâr sont transmis de manière informelle, de maître à élève. L’élément est aussi représenté dans la littérature orale et écrite qui renvoie à l’histoire et aux origines des détenteurs. Il favorise la coexistence pacifique, le respect mutuel et la compréhension entre les différentes communautés concernées et les pays voisins.

Master Hossein Ali Ghamkhar Ahmadi in his Dotār crafting workshop, Torbat-e Jam, Razavi Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
Master Mohammad Divangahi in his Dotār crafting workshop, Mashhad, Razavi Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
Types of Dotār (large, medium and small sizes) in different places of Dotār-Domain region, Islamic Republic of Iran
Traditional transmission of Dotār (master-student method) by Master Mohsen Asgari, Mashhad, Razavi Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
An urban class at Razavi Khorasan Music Association; Master Mojtaba Gheytaghi is teaching Dotār to a young girl, Mashhad, Razavi Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
Three young girls with local Kurmanji kurdish costumes trained by Master Mojtaba Gheytaghi, Mashhad, Razavi Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
Master (Bakhshī) Mr. Gol-Nabāt ‘Attaie, Kurmanji Kurdish Dotār Player, Bojnurd, North Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
Master (Bakhshī) Ana Morād Rastegari, Turkmen Dotār playe, Jargalān, Bojnurd, North Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
Friendly meeting of two prominent Dotār player - right one: Master Othman Khwafi (Sunni, from Razavi Khorasan Province) and leftoOne: Master Ramazan Bardari (Shiite from Bardar Village, Razavi Khorasan Province), Islamic Republic of Iran
A symbol of Dotār installed in Mādar Sq. in Bojnurd, North Khorasan Province, Islamic Republic of Iran
Top