Le nora, drame dansé dans le sud de la Thaïlande

   

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2021 (16.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Department of Culture Promotion, Thailand, 2019 :

Le nora est un drame dansé présenté sous forme d’une danse vivante et acrobatique accompagnée de chants improvisés, présent dans le sud de la Thaïlande. Les spectacles se caractérisent généralement par une longue invocation orale, suivie d’une présentation par un personnage principal qui danse en exécutant des mouvements vigoureux et complexes avec ses jambes, ses bras et ses doigts. Les représentations racontent habituellement les vies antérieures de Bouddha ou les épopées de héros légendaires. Un ensemble joue une musique très rythmée et rapide, caractérisée par une mélodie jouée par un hautbois traditionnel du sud et des rythmes forts produits par des tambours, des gongs, des cymbales et des claquettes en bois. Les principaux interprètes du nora, hommes ou femmes, portent des costumes colorés complétés de couronnes ou de coiffes, des perles, des ailes d’oiseau nouées autour de la taille, des foulards ornementés et des queues de cygne qui leur donnent l’apparence d’un oiseau. Les artistes portent également de longs ongles métalliques recourbés sur le bout des doigts. Le nora est une pratique communautaire qui revêt une grande importance culturelle et sociale pour les habitants du sud de la Thaïlande. Les spectacles utilisent les dialectes, la musique et la littérature de la région pour renforcer la vie culturelle et les liens sociaux au sein de la population locale. Né il y a plus de cinq cents ans, le nora est pratiqué dans les centres communautaires locaux, lors des foires organisées dans les temples et à l’occasion des événements culturels. Cette pratique est transmise par les maîtres au sein des foyers, par les organisations communautaires et par les établissements d’enseignement.

Top