Le lazgi, danse de Khorezm

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2019 (14.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Oltin Meros Public Foundation, 2017

Les mouvements du lazgi, danse de Khorezm, illustrent la créativité humaine en reflétant les sons et les manifestations de la nature environnante et les sentiments que sont l’amour et le bonheur. Le lazgi, danse de Khorezm, était au départ associé à la région de Khorezm, mais est aujourd’hui répandu dans tout l’Ouzbékistan. Des peintures de la danse peuvent être trouvées sur le site archéologique de Topraq-Kala dans la région de Khorezm, témoignant des racines séculaires de cette danse. Le lazgi, qui s’inspire de la vie sociale et des activités des communautés locales, représente la vie dans chacun de ses mouvements. Au cours de la danse, tous les musiciens, chanteurs et danseurs agissent en harmonie. Les paroles des chansons sont très souvent une ode à l’amour et à la bonté. On distingue deux types de danse : une forme « figurative » et une forme improvisée interprétative. Tandis que la première représente les sentiments sous forme de mouvements concrets, la seconde se concentre sur l’improvisation à mesure que le rythme et les mouvements de la danse deviennent plus dynamiques et changeants. Les mélodies et danses du lazgi sont si communicatives que les spectateurs se mettent à danser spontanément. Le lazgi, danse de Khorezm, est une forme essentielle d’expression personnelle. Il se transmet de génération en génération à travers la création de nouvelles versions des représentations. Le lazgi se danse lors des fêtes nationales et des festivités traditionnelles sous ses formes figuratives. La forme interprétative, inspirée de la vie quotidienne, est privilégiée lors des événements familiaux et communautaires.

Top