Le fjiri

   

Votre navigateur n'est pas supporté par cette application. Merci d'utiliser des versions récentes de navigateurs tels que Google Chrome, Firefox, Edge ou Safara pour accéder aux interfaces 'Dive'.

Inscrit en 2021 (16.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© Bahrain Authority for Culture and Antiquities, 2020 :

Le Fjiri est une performance musicale commémorant l’histoire de la pêche à la perle au Bahreïn. Cette pratique, datant de la fin du XIXe siècle, était traditionnellement réalisée par les pêcheurs de perles et leurs équipages afin d’exprimer les difficultés qu’ils avaient rencontrées en mer. Les praticiens s’assoient en cercle, chantent et jouent différents types de tambours et de carillons, ainsi que le jahl, un pot en argile utilisé comme instrument de musique. Le centre du cercle est occupé par les danseurs et le chanteur principal, chargé de la bonne exécution de la performance. Le Fjiri tire ses origines sur l’île de Muharraq où, jusqu’au milieu du XXe siècle, la majorité de la population formait partie de la communauté des pêcheurs de perles. De nos jours, la pratique a cependant atteint un public plus vaste grâce à ses performances à l’occasion de festivals dans toutes les régions du Bahreïn. Bien connue dans le pays, elle est considérée comme un moyen d’expression du lien entre le peuple bahreïnien et la mer. Le Fjiri est généralement organisé au sein d’espaces culturels appelés durs, par les descendants de pêcheurs de perles et de leurs équipages, mais aussi par d’autres personnes. Le processus de transmission implique un entraînement régulier dans les durs et des performances devant un public. Bien que le Fjiri soit pratiqué par des groupes entièrement masculins, tous les membres de la communauté peuvent profiter du spectacle. Les mots, rythmes et instruments sont utilisés pour transmettre les valeurs de la persévérance, de la force et de l’inventivité.

Top