Decision of the Bureau : 14.COM 3.BUR 1.1

Le Bureau,

  1. Rappelant l’article 23 de la Convention ainsi que le chapitre I.4 des Directives opérationnelles relatifs à l’admissibilité et aux critères de sélection des demandes d’assistance internationale ;
  2. Ayant examiné le document LHE/19/14.COM 3.BUR/1 ainsi que la demande d’assistance préparatoire n  01583, soumise par le Mali ;
  3. Prend note que le Mali a demandé une assistance internationale d’un montant de 9 900 dollars des États-Unis pour préparer la candidature Les pratiques et expressions culturelles liées au « M’bolon », instrument de musique traditionnel à percussion pour inscription sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente :

Les pratiques et expressions culturelles liées au M’bolon englobent les rituels, les connaissances et les savoir-faire relatifs à celui-ci : il s’agit d’un instrument de musique traditionnel à percussion pratiqué par les communautés Bambara, Senoufo, Minianka et Malinké, notamment dans les régions de Koulikoro et de Sikasso au sud du Mali. Malgré l’implication des communautés concernées pour sauvegarder et promouvoir l’élément, sa viabilité est aujourd’hui menacée par des pratiques modernes, le manque de jeunes praticiens et l’influence de la religion. Sa transmission aux générations futures demeure incertaine. La Direction nationale du patrimoine culturel est responsable de la préparation du dossier de candidature, en collaboration étroite avec les détenteurs et les praticiens de la tradition, les autorités coutumières, les chefs des communautés et les associations de femmes et de jeunes. Le processus devrait conduire à la soumission d’une candidature avant le 31 mars 2020 pour une possible inscription de l’élément sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente en 2021.

  1. Décide que, d’après les informations contenues dans le dossier n  01583, la demande satisfait aux critères d’octroi de l’assistance internationale énoncés aux paragraphes 10 et 12 des Directives opérationnelles comme suit :
Critère A.1 : La demande indique que les communautés concernées ont été consultées lors de la préparation de la demande au cours des sessions de travail et d’échange s’étant tenues en avril et juin 2018. Les membres des communautés ont pu y exprimer leur consentement à la candidature de l’élément pour inscription sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Les membres de la communauté seront également impliqués dans les processus d’identification, de définition et de documentation des pratiques et expressions culturelles liées au M’bolon.

Critère A.2 : Le montant demandé par l’État partie semble approprié pour mener à bien les activités proposées dans le cadre de la préparation de la candidature pour la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente.

Critère A.3 : Bien que des informations plus détaillées sur l’articulation des activités entre elles aient été utiles pour mieux comprendre le processus de mise en œuvre envisagé par l’État partie, les activités proposées, y compris les initiatives de recherche, de sensibilisation et de collecte des données, sont pertinentes et réalisables selon le calendrier proposé.

Critère A.4 : À travers cette demande, l’État partie s’engage à soumettre une candidature pour inscription possible sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente en 2021 (en respectant le délai de dépôt des candidatures fixé au 31 mars 2020). L’implication directe des membres de la communauté dans les mesures de sauvegarde passées, présentes et futures devrait améliorer la viabilité de l’élément et ainsi contribuer à des résultats à moyen terme.

Critère A.5 : L’État demandeur couvrira 17 pour cent du budget global du projet pour lequel l’assistance internationale est demandée au Fonds du patrimoine culturel immatériel.

Critère A.6 : Étant donné que les membres de la communauté seront pleinement impliqués dans le processus de définition et de documentation de l’élément, leurs capacités devront être renforcées. En outre, l’État partie prévoit de renforcer les capacités des communautés et de la Direction nationale du patrimoine culturel grâce à des sessions de formation se centrant sur l’utilisation des inventaires afin de sauvegarder le patrimoine culturel immatériel.

Critère A.7 : Le Mali a bénéficié d’une assistance internationale du Fonds du patrimoine culturel immatériel à trois reprises, pour les projets intitulés « Inventaire du patrimoine culturel immatériel au Mali en vue de sa sauvegarde urgente » (dossier n  01026, 2013-2016, 307 307 dollars des États-Unis) et « La réalisation des mesures de sauvegarde proposées du Sanké-Mon, le rite de pêche collective dans le Sanké» (dossier n  00333, 2010-2011, 24 000 dollars des États-Unis), ainsi que pour la préparation de la candidature « La société secrète des Kôrêdugaw, rite de sagesse du Mali » pour inscription sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente (dossier n  00484, 2009-2010, 8 500 dollars des États-Unis). Le travail décrit dans les contrats signés pour ces projets a été mené à bien conformément aux règlements de l’UNESCO.

  1. Approuve la demande d’assistance internationale du Mali pour la préparation de la candidature Les pratiques et expressions culturelles liées au « M’bolon », instrument de musique traditionnel à percussion pour inscription sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente et accorde un montant de 9 900 dollars des États-Unis à l’État partie à cette fin ;
  2. Demande au Secrétariat de conclure avec l’État partie un accord portant sur les détails techniques de l’assistance préparatoire, y compris un budget détaillé ;
  3. Invite l’État partie à utiliser le formulaire ICH-05-Rapport pour rendre compte de l’utilisation de l’assistance accordée.

Top