À Belgrade, en Serbie, les participants à un atelier de renforcement des capacités élaborent des plans de sauvegarde du patrimoine vivant

Projet de sauvegarde
Projet de sauvegarde "Développement de plans de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Serbie"
© UNESCO

Le Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Europe du Sud-Est, un centre de catégorie 2 actif dans le domaine du patrimoine culturel immatériel (PCI), a récemment organisé un atelier de renforcement des capacités au Musée ethnographique de Belgrade, en Serbie, intitulé “Développement de plans de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Serbie”.

Les premier et deuxième jours de la formation ont été consacrés à jeter les bases d’une meilleure compréhension de la Convention de 2003, de ses concepts clés et de ses principes éthiques. L’implication des communautés était également au cœur de cette session d’introduction. Les participants ont été initiés au programme global de renforcement des capacités de l’UNESCO et aux matériels de formation pertinents.

Le dernier jour de la formation, les participants ont visité Manakova Ku?a (“Maison Manak”), une composante du Musée ethnographique de Belgrade. Il expose plusieurs costumes et bijoux traditionnels, ainsi que de l’artisanat et des connaissances traditionnelles de toutes les régions du pays à l’occasion d’événements et d’activités. Des porteurs des communautés serbes ont présenté leurs pratiques aux participants, comme illustré ci-dessus.

Divisés en groupes, les participants ont interviewé les praticiens, afin de comprendre les défis auxquels ils sont confrontés pour sauvegarder leur patrimoine vivant. Chaque groupe d’enquêteurs a dû travailler sur un plan de sauvegarde hypothétique aligné sur l’esprit de la Convention de 2003, et avec l’aide du matériel de formation au renforcement des capacités. Comme on a pu le constater lors de la dernière session de la formation, les participants ont montré une meilleure compréhension de ce qu’implique la sauvegarde du patrimoine vivant, et de l’importance d’impliquer les communautés tout au long du processus. Pour conclure cet atelier de renforcement des capacités intense et fructueux, le mécanisme d’assistance internationale (AI) et des projets de sauvegarde réussis ont été présentés au public.

Les organisateurs estiment que cette formation bénéficiera aux communautés de porteurs sur le long terme, grâce à une connaissance plus approfondie de la Convention de 2003 et de ses aspects pratiques, y compris le programme de renforcement des capacités.

Top