Fonds de Flandres

Le gouvernement flamand du Royaume de Belgique et l’UNESCO ont signé un accord de partenariat en 1988, donnant ainsi naissance au Fonds de dépôt UNESCO/Flandre. Cette coopération met l’accent sur le renforcement des capacités et sur la construction d’une société de la connaissance.

En 2009, le gouvernement flamand a commencé à s’investir dans le patrimoine culturel immatériel en finançant « une série de projets pilote sur l’inventaire du patrimoine immatériel des communautés locales dans six pays sélectionnés en Afrique sub-saharienne » (275 000$). Depuis 2010, le gouvernement flamant essaye d’intensifier son soutien à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en finançant plus de projets de renforcement des capacités en Afrique ainsi qu’en développant des concepts et supports pour une exposition itinérante dont le thème est le patrimoine immatériel et le développement durable.

En Avril 2010, le gouvernement flamand a contribué à l’exposition : « Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand »

1 élément(s)

Vers le renforcement de la coopération sous-régionale et des capacités nationales dans sept pays d’Afrique australe pour la mise en œuvre de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (Phase III)05-2018/06-2019, Botswana - Lesotho - Malawi - Namibie - Eswatini - Zambie - Zimbabwe

Lien pour un accès direct 

Le projet a été conçu comme la troisième et dernière étape des efforts visant à renforcer la coopération sous-régionale et les capacités nationales des pays d’Afrique australe dans la mise en œuvre de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’objectif principal est de soutenir efficacement la poursuite des processus de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans les sept pays, notamment au Botswana, au Lesotho, au Malawi, en Namibie, au Swaziland, en Zambie et au Zimbabwe, grâce à la plate-forme du patrimoine culturel immatériel d’Afrique australe (SAICH). Les structures nationales (mises en place au cours des phases précédentes du projet) seront soutenues dans l’élaboration de leur planification stratégique et la mise en œuvre des projets de sauvegarde, au travers des activités d’information, d’échange, de recherche et de formation. Une collaboration substantielle au niveau sous-régional par le biais de la plate-forme SAICH conduira également à des résultats durables de renforcements des environnements institutionnels afin d’assurer une sauvegarde efficace.

Top