Fonds de Flandres

Le gouvernement flamand du Royaume de Belgique et l’UNESCO ont signé un accord de partenariat en 1988, donnant ainsi naissance au Fonds de dépôt UNESCO/Flandre. Cette coopération met l’accent sur le renforcement des capacités et sur la construction d’une société de la connaissance.

En 2009, le gouvernement flamand a commencé à s’investir dans le patrimoine culturel immatériel en finançant « une série de projets pilote sur l’inventaire du patrimoine immatériel des communautés locales dans six pays sélectionnés en Afrique sub-saharienne » (275 000$). Depuis 2010, le gouvernement flamant essaye d’intensifier son soutien à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en finançant plus de projets de renforcement des capacités en Afrique ainsi qu’en développant des concepts et supports pour une exposition itinérante dont le thème est le patrimoine immatériel et le développement durable.

En Avril 2010, le gouvernement flamand a contribué à l’exposition : « Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand »

3 élément(s)

Formation des formateurs sur le renforcement des capacités nationales pour la mise en œuvre de la convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel
19/23-09-2016Mariental (Namibie)

Lien pour un accès direct 

Cette activité s’inscrit dans la deuxième phase d’un projet de sauvegarde du PCI financé par le gouvernement flamand et mis en œuvre par le bureau de l’UNESCO à Harare au Zimbabwe. La section du patrimoine culturel immatériel du siège de l’UNESCO a fourni un soutien technique tout au long de l’activité.

La formation était animée par M. Sam Ishmeal, ethnomusicologue, M. Cornelius Engelbrecht et M. Helon Muhaindjumba. 37 personnes originaires de 14 régions de Namibie, parmi lesquelles 23 hommes et 14 femmes, ont participé à cette formation de 3 jours.

Atelier sur l’inventaire, l’assistance internationale et les candidatures en Zambie
25/29-07-2016Kabwe (Zambie)

Lien pour un accès direct 

La Zambie a organisé un atelier sur l’élaboration d’inventaire du PCI avec la participation des communautés et a inventorié trois éléments. Il a eu lieu du 25 au 29 juillet à Kwabe, dans la Province centrale, et a rassemblé 18 participants dont 5, tous des membres des communautés, ont reçu un certificat attestant l’accomplissement de la formation avec succès. L’objectif de l’atelier était de réaffirmer la capacité de certains experts formés à Kwabe en 2014 en leur permettant d’animer différentes sessions des unités de formation sur l’inventaire communautaire. Au terme du programme d’animation, 5 participants qui avaient particulièrement excellé se sont vus remettre un certificat pour exercer en tant qu’experts du PCI.

Cette activité fait partie de la seconde phase du projet PCI financé par le gouvernement flamand et mis en œuvre par le Bureau de l’UNESCO à Harare au Zimbabwe. La section du patrimoine culturel immatériel du siège de l’UNESCO a fourni un soutien technique tout au long de l’activité.

Strengthening sub-regional cooperation and national capacities in seven Southern African countries for implementing the 2003 Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage Part II01-03-2016/31-07-2017, Botswana - Lesotho - Malawi - Namibie - Eswatini - Zambie - Zimbabwe

Lien pour un accès direct 

The project aims at reinforcing the sub-regional cooperation platform, which was created to support seven countries (Botswana, Lesotho, Malawi, Namibia, Swaziland, Zambia and Zimbabwe) in southern Africa in their efforts to safeguard the living heritage present in their territories. Consolidating the results of previous Flanders funded projects since 2009, this platform will be driven by the National Intangible Cultural Heritage Committees or the bodies responsible for intangible cultural heritage in the beneficiary countries. The project will pay due attention to the adequacy of institutional environments, abilities to set up or improve legislative and policy frameworks and the availability of national expertise. Concrete outputs of the project include the strengthening of a pool of resource persons operational in the region and a number of policy or legislative frameworks for safeguarding intangible cultural heritage as well as quantitative evidence on the impact of the project.

Top