Un projet conjoint de renforcement des capacités sur le PCI et la réduction des risques de catastrophe démarre aux Philippines et au Honduras

Xiomara Manueles Lemus is one of 75 young Lenca indigenous cultural managers living in the department of Intibucá with the role of collecting and documenting various expressions of intangible cultural heritage.
Xiomara Manueles Lemus is one of 75 young Lenca indigenous cultural managers living in the department of Intibucá with the role of collecting and documenting various expressions of intangible cultural heritage.
© UNDP

Ces dernières années, la Convention de 2003 s’est efforcée de sensibiliser au double rôle du PCI dans les situations d’urgence, comme indiqué dans les principes et modalités opérationnels pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en situations d’urgence. (Résolution 8.GA 9). Dans le cadre de ce processus, et grâce au généreux soutien de la Suisse au Fonds du PCI, les Philippines et le Honduras ont récemment lancé un projet pilote intitulé “Renforcement des capacités de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans les contextes de catastrophe”.

Dans le cadre de ce projet pilote, les Philippines ont organisé les premiers ateliers en ligne les 19 et 26 mai 2021, tandis que le Honduras a commencé une formation en ligne de trois semaines à partir du 17 juin 2021, qui sera bientôt terminée. À la suite des ateliers, les participants effectueront des exercices sur le terrain et rendront compte des résultats et des enseignements tirés afin de renforcer le partage des connaissances et la sensibilisation au rôle du PCI dans les catastrophes.

Des supports de formation récemment élaborés sur le PCI et les situations d’urgence sont présentés dans le cadre des ateliers en ligne.

Les deux pays ont été sélectionnés en fonction de leur fort engagement vis-à-vis de leur patrimoine vivant, de leurs besoins spécifiques et de leur vulnérabilité face aux catastrophes naturelles. Les Philippines, situées le long de la ceinture de typhons, sont confrontées à divers risques naturels, notamment les tremblements de terre, les inondations, les glissements de terrain et les éruptions volcaniques, tandis que le Honduras est sujet aux tremblements de terre, aux ouragans dévastateurs et aux inondations, en particulier le long de la côte caraïbe. Ces catastrophes causent souvent des dommages à grande échelle, qui peuvent mettre en danger les communautés - et leur patrimoine vivant.

Ce projet réunit plusieurs acteurs clés des communautés locales avec l’aide de facilitateurs formés par l’UNESCO : porteurs du PCI, spécialistes des catastrophes, représentants des gouvernements et des ONG. Cette approche collaborative vise également à renforcer le dialogue entre les acteurs dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine et de la réduction des risques de catastrophes.

En savoir plus sur le patrimoine vivant dans les situations d’urgence et découvrez comment l’UNESCO peut vous aider.
Top