Les jeunes praticiens de Toba, en Indonésie, mènent le redressement post-pandémique

Silvia Sibarani et Erna Hutagalung, jeunes tisseuses d'Ulos du Nord Tapanuli, Toba, expérimentent la teinture naturelle lors d'un atelier de l'UNESCO.
Silvia Sibarani et Erna Hutagalung, jeunes tisseuses d'Ulos du Nord Tapanuli, Toba, expérimentent la teinture naturelle lors d'un atelier de l'UNESCO.
© UNESCO

Le projet pilote Récupération du patrimoine vivant de la pandémie de COVID-19 : Les tisserands Ulos et les sculpteurs Gorga dans la région de Toba en Indonésie. Il s’agit de l’un des huit projets pilotes qui mettent actuellement en œuvre les recommandations pour la récupération post-pandémique, présentées dans le rapport de l’UNESCO “Le patrimoine vivant face à la pandémie de COVID-19”.

Entre juillet et novembre 2021, six tisserands seniors d’Ulos ont reçu une formation sur la teinture naturelle pour former, à leur tour, 18 jeunes tisserands. Dans le même temps, 15 sculpteurs de Gorga ont appris à utiliser des matériaux alternatifs respectueux de l’environnement, tels que les déchets de bois et la peinture sans produits chimiques, améliorant ainsi la durabilité de leur pratique. Cinquante-cinq d’entre eux ont en outre appris à élaborer des histoires et des documents audiovisuels sur leur patrimoine vivant, adaptés aux médias sociaux, afin de sensibiliser le public à cet artisanat.

Au cours de ce processus, l’un des sculpteurs Gorga, Jersal Tambun, est devenu un jeune leader volontaire pour promouvoir son village de Pardolok Lumban Lobu en tant que nouvelle destination touristique axée sur la promotion du patrimoine culturel immatériel local. Sartika Sihombing, un tisserand expérimenté d’Ulos, est devenu membre de l’équipe gouvernementale contribuant à la préparation d’une éventuelle candidature sur Ulos. En outre, six jeunes artisans ont animé des séances de sensibilisation du public qui ont eu lieu à l’université d’État de Medan, dans le nord de Sumatra.

Le projet a démontré que le patrimoine vivant peut être une ressource précieuse pour le rétablissement en douceur des communautés touchées par des conflits et des catastrophes, comme la pandémie de COVID-19. L’UNESCO continuera donc à travailler avec ces jeunes artisans pour nourrir cette nouvelle synergie.

En avril 2020, l’Entité du patrimoine vivant a lancé une enquête en ligne pour saisir l’impact de la pandémie de COVID-19 dans le monde. Le rapport “Le patrimoine vivant et la pandémie de COVID-19” résume les résultats de l’enquête et les défis et opportunités pour le patrimoine vivant pendant cette crise. En outre, trois recommandations clés fournissent des indications essentielles sur la manière d’intégrer le patrimoine vivant dans les plans de redressement post-pandémie. L’UNESCO a lancé huit projets pilotes basés sur les recommandations susmentionnées, mis en œuvre par les bureaux hors siège.

ICH Toba COVID recovery
ICH Toba COVID recovery
ICH Toba COVID recovery
ICH Toba COVID recovery
ICH Toba COVID recovery
Top