Apprendre comment Cabo Verde peut sauvegarder son patrimoine vivant attire l’attention tant au niveau régional qu’au niveau national

[alt]

Trente représentants cabo-verdiens issus d’institutions et milieux différents se sont retrouvés le mois dernier à Praia pour un atelier de formation sur la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel au niveau national.

La formation, qui s’est tenue du 27 au 31 juillet, a été organisée en étroite collaboration par l’Institut du Patrimoine Culturel de Cabo Verde (IPC), le Siège de l’UNESCO ainsi que le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar, pour offrir aux participants un forum pour discuter la portée et les objectifs de la Convention, ainsi que les obligations des États parties.

Des participants de diverses institutions gouvernementales et organisations de la société civile au niveau national, tels que des ministères, l’Association nationale de municipalités, ONGs ou bien l’Association des journalistes, ont ainsi pris part à l’atelier. Cela souligne l’importance qui doit être accordée à privilégier une perspective diverse et une approche intersectorielle pour promouvoir la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. La conclusion de partenariats plus larges avec l’IPC a aussi été encouragée dans le cadre de futures initiatives.

À l’échelle régionale, cette formation a été considérée comme une étape positive vers le renforcement de la coopération entre les pays PALOP. Un soutien supplémentaire a été fourni par l’Institut mozambicain pour la recherche socio-culturelle (ARPAC) qui a dépêché un expert confirmé pour co-faciliter cet atelier et partager l’expérience du Mozambique, réaffirmant, ainsi, l’engagement de l’Institut en faveur du renforcement des capacités dans les pays d’Afrique lusophone. En outre, des représentants de la Direction générale de la culture du Secrétariat d’État à la jeunesse, à la culture et au sport de la Guinée-Bissau, ainsi que de l’Institut national du patrimoine culturel de l’Angola ont également participé à cette formation.

Cet atelier a été rendu possible grâce à une [généreuse contribution|http://www.unesco.org/culture/ich/fr/project/00279|in du Gouvernement de la Norvège au Fonds du patrimoine culturel immatériel.

Top